L’Organisation internationale pour les migrations met en garde contre la prolifération de maladies après le glissement de terrain qui a enseveli un village entier en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Les eaux contaminées font notamment craindre une recrudescence du paludisme.
Les survivants n’ont toujours pas reçu suffisamment de vivres et d’eau potable six jours après les faits.

Inquiétude en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Les survivants du glissement de terrain meurtrier qui a enseveli un village entier en Papouasie-Nouvelle-Guinée font face à un "risque important d'épidémie", fait savoir jeudi 30 mai l'Organisation internationale pour les migrations. "Les ruisseaux qui s'écoulent (au milieu) des débris sont contaminés et présentent un risque important d'épidémie", a déclaré l'OIM, mettant en garde contre le paludisme. 

Des centaines de morts

Alors que les survivants n’ont toujours pas reçu suffisamment de vivre, l’organisation a dit avoir fait de l'acheminement d'eau potable, de comprimés de purification et de denrées alimentaires essentielles sur le site une priorité absolue. "L'absence d'informations précises sur les zones et les populations touchées entrave la planification et l'acheminement efficaces de l'aide humanitaire", a-t-elle insisté. 

Papouasie : des dizaines de maisons emportées par un glissement de terrainSource : JT 13h WE

Six jours après le drame, le bilan humain reste toujours incertain dans cette localité de la province d'Enga, dans le centre du pays. Quelque 2000 personnes ont été piégées par le glissement de terrain, selon le gouvernement. Des experts en catastrophes et des responsables locaux avancent que le chiffre serait bien plus bas en se basant sur l’imagerie satellite. Sandis Tsaka, administrateur de la province, a déclaré jeudi à l'AFP que le nombre de morts s'élevait probablement à des "centaines" plutôt qu'à des milliers. Les autorités locales ont affirmé qu'entre six et 11 corps avaient été retrouvés.

Selon l'administrateur, les survivants, traumatisés, ont été incapables de fournir des informations fiables sur leurs proches toujours portés disparus. Des habitants des deux quartiers touchés ont creusé la terre pour tenter de retrouver les disparus. Des témoins oculaires ont rapporté que l'odeur se dégageant des cadavres était devenue insoutenable.


D.D.F. avec AFP

Tout
TF1 Info