Arabie saoudite : un magasin d'alcool va ouvrir ses portes, pour la première fois depuis plus de 70 ans

par M.D. avec AFP
Publié le 26 janvier 2024 à 12h21

Source : TF1 Info

Plus de 70 ans après l'avoir interdit à l'échelle nationale, l'Arabie saoudite envisage d'ouvrir le premier magasin d'alcool dans le royaume.
Un changement de société majeur dans ce puissant royaume pétrolier, qui reste très critiqué par les défenseurs des droits humains.

Une petite révolution ? L'annonce de l'ouverture prochaine du premier magasin d'alcool en Arabie saoudite suscite le débat dans le royaume ultraconservateur, où locaux et expatriés se demandent s'il s'agit d'un changement de façade ou le début d'un bouleversement majeur. Des sources proches du dossier ont révélé plus tôt dans la semaine les détails du projet, qui sera strictement encadré par les autorités, et qui ne change rien pour la grande majorité des 32 millions d'habitants dans la monarchie du Golfe. 

Basé dans la capitale Ryad, le futur magasin ne sera accessible qu'aux diplomates non-musulmans, qui pouvaient se procurer de l'alcool jusque-là à travers les valises diplomatiques. Les acheteurs se verront imposer des quotas et devront s'enregistrer à travers une application mobile. Ils devront également garder leur téléphone dans une "pochette spéciale" en remplissant leurs caddies de bière, de vin et de spiritueux. Certains voient toutefois dans cette mesure une brèche dans la politique de prohibition appliquée à l'échelle nationale depuis 1952, annonciatrice de grands changements à venir.

"Ce pays ne cesse de nous surprendre", réagit un homme d'affaires libanais dînant mercredi soir au LPM, un restaurant français à Ryad, connu pour son menu extensif de vins et cocktails sans alcool, ainsi que son bar en marbre de 18 mètres de long. "C'est un pays qui se développe, qui grandit et qui attire beaucoup de talents et d'investissements. Alors oui, bien sûr, il y en aura beaucoup plus", estime-t-il. Comme d'autres clients du LPM, l'homme d'affaires refuse d'être nommé, soulignant la sensibilité des questions liées à l'alcool (interdit par la religion musulmane) dans le pays abritant deux des sites les plus saints de l'Islam. 

Lutter contre le commerce illicite

Dans le cadre de son vaste programme de réformes, le prince héritier et dirigeant de facto du royaume, Mohammed ben Salmane, cherche à diversifier l'économie du premier exportateur mondial de pétrole en développant les secteurs des affaires, du sport et du tourisme.  Il doit attirer davantage d'étrangers, et une levée "par étapes" des restrictions sur l'alcool pourrait jouer un rôle à cet égard, souligne Kristin Diwan, du Arab Gulf States Institute à Washington. "Il s'agit d'une étape supplémentaire dans la normalisation par le gouvernement d'une approbation de l'alcool dans des contextes définis", selon elle.

Les autorités saoudiennes ont affirmé mercredi que leur objectif était de "lutter contre le commerce illicite des produits alcoolisés reçus par les missions diplomatiques", en référence au marché noir, où une bouteille de whisky peut se vendre à plusieurs centaines de dollars. Pour Kristian Ulrichsen, chercheur au Baker Institute de l'université Rice, elles font ainsi passer un "message subtil disant qu'un changement pourrait intervenir mais que le processus sera progressif et étroitement contrôlé". Pour l'instant, aucune date n'a été communiquée par les autorités concernant son ouverture. 


M.D. avec AFP

Tout
TF1 Info