L'ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe mort après une attaque par balle

Meurtre de Shinzo Abe : Gandhi, Kennedy... ces autres assassinats politiques qui ont marqué les mémoires

A Lo.
Publié le 8 juillet 2022 à 16h15
JT Perso

Source : LCI MIDI

Alors qu'il était en train de faire un discours dans le cadre d'une campagne électorale, Shinzo Abe a été visé par une attaque par balles et a succombé de ses blessures.
Son meurtre évoque d'autres assassinats politiques ayant visé de hauts responsables politiques dans le monde.

À la suite de l'annonce de la mort de l'ancien Premier ministre Shinzo Abe, les réactions se sont multipliées parmi la communauté internationale, chacun saluant un "grand Premier ministre" ou un "dirigeant visionnaire". L'actuel Premier ministre japonais, Fumio Kishida, dont l'ancien dirigeant avait été le mentor politique, a dénoncé un "acte barbare" et "absolument impardonnable"

Cet assassinat, en pleine campagne électorale, rappelle le meurtre d'autres responsables politiques qui ont également provoqué des réactions mondiales.

Gandhi, 1948

Fervent défenseur de la voie de la non-violence, Mohandas Karamchand Gandhi  est assassiné le 30 janvier 1948, après avoir contribué à l'indépendance de l'Inde et à sa création officielle le 15 août 1947. Il est tué à New Delhi de trois coups de revolver par Narayan Vinayak Godse, un fanatique hindou, qui sera arrêté et pendu. Considéré comme le "père de la nation" indienne, le Mahatma est quant à lui incinéré à Delhi et ce sont deux millions de personnes qui assistent à ses funérailles.

John F. Kennedy, 1963

Le 22 novembre 1963, le président des États-Unis John Fitzgerald Kennedy est tué par balles à Dallas, alors qu'il se trouve dans une limousine présidentielle décapotée, le long d'un parcours en cortège. Moins de deux heures plus tard, Lee Harvey Oswald est arrêté. L'enquête officielle conclura que cet ancien commando marine ayant vécu en Union soviétique - lui-même tué par balles deux jours plus tard - a agi seul. Mais l'assassinat a donné lieu à de nombreuses théories complotistes.

Olof Palme, 1986

Figure tutélaire de la social-démocratie, le Premier ministre suédois Olof Palme est abattu le 28 février 1986, à l'âge de 59 ans, à Stockholm. Il rentre alors à pied du cinéma avec sa femme, sans garde du corps. Son meurtrier réussit à prendre la fuite. En juin 2020, la justice a désigné Stig Engström, un opposant aux idées de gauche d'Olof Palme, comme le principal suspect. Mais celui-ci étant décédé en 2000, l'enquête est désormais close.

Thomas Sankara, 1987

Thomas Sankara, homme d'État anti-impérialiste et président du Burkina Faso est assassiné à Ouagadougou, le 15 octobre 1987 lors d'un coup d'État. Considéré comme le "Che Guevara africain", il a mené la première révolution burkinabé en arrivant à la tête du pays en 1983. Son ami intime et successeur à la tête du pays, Blaise Compaoré a toujours nié avoir commandité son assassinat. Ceci n'a pourtant pas empêché le tribunal militaire de Ouagadougou de condamner l'ancien président à la perpétuité, le 6 avril dernier.

Yitzhak Rabin, 1995

Le 4 novembre 1995, le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin est assassiné à Tel-Aviv par un extrémiste juif, à la fin d'une manifestation pour la paix. Peu après être descendu de la tribune où il venait de prononcer un discours, Yitzhak Rabin a été abattu par cet Israélien de 27 ans, Ygal Amir, de deux balles de revolver tirées dans le dos et à bout portant.

Lire aussi

Jovenel Moïse, 2021

Alors qu'il se trouvait dans sa résidence privée à Port-au-Prince, le président haïtien Jovenel Moïse est tué par balles dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021 par un commando armé composé de 28 hommes qui se font passer pour des agents de l'Agence américaine antidrogue. 

Trois des assaillants sont tués et une vingtaine d'individus dont 18 anciens militaires colombiens sont arrêtés. Un an après, le mystère perdure quant aux commanditaires et motifs de l'attaque.


A Lo.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info