Verif'

Assaut du Capitole : ces images du chaman escorté par la police prouvent-elles une mise en scène ?

Publié le 8 mars 2023 à 22h16, mis à jour le 9 mars 2023 à 10h05

Source : JT 20h WE

Des images exclusives données à Fox News montreraient une autre version de l’insurrection au Capitole, le 6 janvier dernier.
L’accompagnement de l’homme déguisé en chaman par des policiers à l’intérieur du bâtiment étayeraient la thèse d’un coup monté.
Mais des documents officiels, comme le jugement de l’émeutier, vont à l’encontre de ces accusations complotistes.

Après quelques heures d’existence, la vidéo compte déjà des millions de vues. D’un peu plus d’une minute, elle montre des images inédites de l’invasion du Capitole, le 6 janvier 2021, et ravive les théories complotistes sur cette après-midi où la démocratie américaine a vacillé. "Une vidéo jamais vue auparavant du 6 janvier montre Jacob Chansley, le QAnon Shaman, conduit à travers le Capitole par la police tout le temps qu'il était dans le bâtiment", commente un tweet publiant ces archives, cumulant 18 millions de vues en 36 heures. 

Depuis, ce "chaman QAnon", prénommé Jacob Chansley et restant dans les mémoires pour sa fourrure et ses cornes de bison, a été condamné à 41 mois de prison après avoir plaidé coupable du chef d'entrave à une procédure officielle. Mais selon les plus fervents défenseurs de Donald Trump, ces nouvelles images représentent à elles seules la preuve ultime d’un coup monté, d’une mise en scène de l’assaut du Capitole, voire de la complicité de la police. "C’est insensé. Le public a été trompé", s’est indigné le milliardaire et nouveau propriétaire de Twitter Elon Musk, tandis que le fils de l’ancien président s’est écrié : "Pas étonnant que toutes les images nous aient été cachées pendant 2 ans. Comme toujours, ils nous ont tous menti !". 

"Ils lui ont servi de guides touristiques"

En réalité, ces archives ont été diffusées sur Fox News lundi 6 janvier grâce au président républicain de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, qui lui en a donné l’exclusivité. À terme, les plus de 40.000 heures d’images des caméras de sécurité doivent être déclassifiées et rendues publiques. Pour l’heure, l’élu républicain a préféré en donner la primeur à Tucker Carlson, présentateur de la chaine connu pour ses nombreuses fake news à l’antenne.

Dans son émission, Tucker Carlson les a donc présentées comme des révélations explosives, qui "montrent que la police du Capitole n’a jamais arrêté Jacob Chansley. Ils l’ont aidé. Ils lui ont servi de guides touristiques". Ces archives sont stupéfiantes car elles montrent bien ce chaman autoproclamé se balader tranquillement dans les couloirs du Capitole, une lance à la main et souvent précédé d’un ou de deux policiers. Mais aucune précision sur le contexte n’est apportée, comme l’heure de ces "rushs" par exemple. Surtout, des éléments contredisent les accusations de mensonge autour de l’attaque du Capitole, telle que sa chronologie précise. 

Dans un tweet, le fils de Donald Trump se joint aux théories complotistes après la diffusion de nouvelles images du Capitole par Fox News
Dans un tweet, le fils de Donald Trump se joint aux théories complotistes après la diffusion de nouvelles images du Capitole par Fox News - Twitter (capture écran)

Le déroulé des événements figure dans un document du ministère de la Justice, rédigé au moment du plaider-coupable de Jacob Chansley. Dans cette déclaration d’infraction, signée par le prévenu et son avocat, on apprend que "l’agent de police K.R" a croisé le chaman à plusieurs reprises, l’a bien suivi dans certaines de ses excursions, mais l’a intimé de quitter les lieux au moins à quatre reprises. Jacob Chansley, qui "était l’un 30 premiers émeutiers à l’intérieur du Capitole des États-Unis", n’a jamais répondu favorablement à ces demandes. 

Par exemple, peu de temps après avoir pénétré dans le Capitole, à 14h16, "au deuxième étage, le prévenu et d'autres émeutiers ont été accueillis par une ligne d'officiers de la police du Capitole, qui leur a demandé de quitter pacifiquement le bâtiment. Le prévenu a défié l'officier K.R de la police du Capitole de les laisser passer, puis a utilisé son porte-voix pour attiser la foule et exiger que les législateurs sortent du bâtiment". Une version corroborée par les images récupérées par le New York Times à l’intérieur du Capitole. La scène se déroule à la 21e minute de cette vidéo, où le chaman est reconnaissable au fond, près de la porte. 

Au moins quatre appels à quitter les lieux

Puis, vers 15h, "le prévenu a ensuite quitté la galerie et s'est engagé dans une allée pour tenter de pénétrer dans l'enceinte du Sénat. Là, le prévenu a de nouveau rencontré l'agent K.R, qui lui a de nouveau demandé de quitter le bâtiment". Deux nouvelles demandes claires du policier sont ensuite formulées à l’intérieur du Sénat, alors que Jacob Chansley est installé sur le siège du vice-président Mike Pence, occupé à se prendre en photo. "Mike Pence est un putain de traitre (sic)", indique-t-il pour seule réponse sur un bout de papier, avant d’appeler les autres émeutiers à monter sur l’estrade.

Des images récupérées par le New York Times montrent une chronologie précise de l'assaut au Capitole, le 6 janvier 2021
Des images récupérées par le New York Times montrent une chronologie précise de l'assaut au Capitole, le 6 janvier 2021 - New York Times (capture écran)

Mais alors, comment expliquer le comportement de ce policier, qui n’a pas fait obstruction dans les déplacements du chaman QAnon ?  Une lettre, authentifiée par l'Associated Press, donne des éléments de réponse. Dans ce document, le chef de la police du Capitole, Thomas Manger, rejette en bloc les accusations de Fox News, "scandaleuses et fausses", et rappelle le contexte dans lequel s’est déroulée la tentative de coup d’État. "Je n'ai pas besoin de vous rappeler à quel point nos agents étaient en infériorité numérique le 6 janvier. Ces derniers ont fait de leur mieux pour utiliser des tactiques de désescalade afin d'essayer de convaincre les émeutiers de quitter le bâtiment."

On se souvient de l’image de ce policier, qui s’était retrouvé seul face à la foule en colère et qui avait tenté de la faire reculer dans les escaliers menant à l’étage du Sénat. Pour rappel, cinq personnes sont mortes dans ces événements, quatre manifestants et un policier décédé le lendemain.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline QUEVRAIN

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info