Le Capitole envahi par des partisans de Donald Trump

Assaut du Capitole : un rapport pointe les dysfonctionnements dans la police

La rédaction de LCI
Publié le 14 avril 2021 à 9h37
Assaut du Capitole : un rapport pointe les dysfonctionnements dans la police

Source : TASOS KATOPODIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

ÉTATS-UNIS - Un rapport interne de la police du Capitole met en lumière un certain nombre de dysfonctionnements pour expliquer l'échec des forces de l’ordre afin empêcher l’intrusion des partisans de Donald Trump dans l'enceinte du siège du Congrès.

"Où était la police ?", titrait le Washington Post au lendemain la tentative d’insurrection du Capitole par des partisans de Donald Trump, le 6 janvier dernier à Washington. L'assaut meurtrier, qui a coûté la vie à cinq personnes, dont un policier, aurait-il pu être évité ? C’est en en tout cas ce que laisse entendre un rapport accablant de l'inspecteur général interne de la police du Capitole, Michael Bolton. 

Manque de préparation, d’anticipation, ou de volonté politique ? Le document de 104 pages, que le quotidien The New York Times et la chaîne de télévision CNN ont pu consulter, pointe un certain nombre de dysfonctionnements pour expliquer la faiblesse du dispositif de sécurité en place ce jour-là, et malgré des avertissements de la part des services de renseignement américains.

Des avertissements

La police du Capitole disposait en effet d'informations l'avertissant que des partisans du président sortant Donald Trump, qui croyaient ses accusations de fraudes électorales à la présidentielle de novembre, représentaient une menace, indiquent ces médias en citant le rapport. Trois jours avant l'attaque, elle a reçu un bulletin de renseignement évaluant les risques de violences de la part des partisans de Donald Trump. 

"À la différence de précédentes manifestations post-électorales, la cible des manifestants pro-Trump pour le 6 ne sont pas les contremanifestants mais bien le Congrès lui-même", affirmait cette note. Leur "propension à attirer des suprémacistes blancs, des milices et d'autres personnes prônant activement la violence pourrait conduire à une situation particulièrement dangereuse pour le maintien de l'ordre et le grand public en général", ajoutait la mise en garde.

Lire aussi
Attaque contre le Capitole : un acte prémédité et ultra-violentSource : JT 20h WE
JT Perso

Pourtant, un jour avant l'émeute, la police du Capitole écrivait ainsi dans son plan de gestion de la manifestation qu'il n'y avait "pas de menaces spécifiques connues" liées à la session extraordinaire des deux Chambres prévue ce jour-là et au cours de laquelle devait être confirmée la victoire de Joe Biden sur Donald Trump. 

Par ailleurs, toujours selon ce rapport, les quelque 2000 agents de la police du Capitole avaient reçu pour instruction de ne pas faire usage de ses méthodes les plus offensives de maîtrise des foules telles que les grenades assourdissantes. Une audition du Congrès est prévue ce jeudi à ce sujet.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info