L'Autriche endeuillée par un attentat en plein cœur de Vienne

Il avait "trompé" le protocole de déradicalisation : qui est le terroriste de Vienne ?

Thomas Guien
Publié le 3 novembre 2020 à 17h32, mis à jour le 3 novembre 2020 à 17h40
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'essentiel

TERRORISME - La capitale autrichienne a été frappée pour la première fois par une attaque islamiste d'envergure lundi soir. À l'origine du drame : un "sympathisant" du groupe Etat islamique, âgé de 20 ans.

Un "sympathisant" de Daech qui avait réussi à passer à travers les mailles du filet. Au lendemain de l'attentat qui a coûté la vie à quatre personnes, le profil du suspect se précise. Si les enquêteurs cherchent toujours à savoir si l'assaillant a agi seul – 14 personnes ont été interpellées ce mardi –, ils ont d'ores et déjà reconnu qu'il avait déjoué leur surveillance.

Âgé de 20 ans, Kujtim Fejzulai avait été en effet condamné en avril 2019 à 22 mois de prison. En cause ? Sa tentative de rejoindre la Syrie afin de s'enrôler au sein de l'Etat islamique (EI). Seulement voilà, le jeune homme avait finalement été libéré de manière anticipée, car il avait réussi à "tromper" le programme de déradicalisation. Selon Karl Nehammer, ministre de l'Intérieur, l'auteur présumé n'avait effectué que sept mois de prison, contre les 22 mois initialement prévus.

Il aurait agi seul

Quel a été l'itinéraire du suspect depuis sa libération ? Les autorités n'ont, pour l'heure, pas communiqué à ce sujet. Seule certitude : il était "un sympathisant" de l'EI, selon les indices recueillis dans son logement. Originaire de Macédoine du Nord et aussi détenteur de la nationalité autrichienne, le jeune homme a été "neutralisé" par la police lundi soir "seulement neuf minutes" après les premiers coups de feu. Selon le quotidien allemand Bild, cet assaillant aurait annoncé son action lundi sur Instagram. Des informations que les autorités n'ont pas confirmées à ce stade.

Il a visiblement agi seul, contrairement aux premières déclarations des autorités qui avaient lancé une chasse à l'homme pour retrouver d'autres suspects. Il n'y a pas de preuve à ce stade de l'existence d'un deuxième assaillant, a souligné Karl Nehammer. Le ministre a par ailleurs annoncé l'interpellation de 14 personnes et 18 perquisitions dans le pays en lien avec les attaques.


Tout
TF1 Info