Des images satellites montrent l'ampleur de l'éboulement dévastateur survenu en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Ce gigantesque glissement de terrain a anéanti le village de Yambali, dans la province d'Enga, vendredi matin.
L'effondrement d'un pan de montagne pourrait avoir enterré vivantes plus de 2000 personnes.

Des images satellites révèlent l'ampleur du glissement de terrain dévastateur survenu vendredi 24 mai à Yambali, un village de la province d'Enga, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ces images partagées par Maxar Technologies et publiées par l'AFP montrent des montagnes de débris recouvrant les bâtiments et bloquant les routes, ce qui, selon les responsables, entrave les efforts de secours. Comme on le constate, la différence est particulièrement frappante entre l’avant et l’après glissement de terrain.

Des images satellites révèlent l'ampleur du glissement de terrain dévastateur survenu le 24 mai 2024 à Yambali, un village de la province d'Enga, en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Des images satellites révèlent l'ampleur du glissement de terrain dévastateur survenu le 24 mai 2024 à Yambali, un village de la province d'Enga, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. - SATELLITE IMAGE ©2024 MAXAR TECHNOLOGIES / AFP

Selon les services de secours, plus de 2000 personnes pourraient avoir été ensevelies, mais jusqu'à présent les sauveteurs n'ont retrouvé que cinq corps, ainsi que la jambe d'un sixième. Il est "très peu probable" que les secours retrouvent des survivants compte tenu de la gravité du glissement de terrain et du temps qui s'est écoulé depuis qu'il a eu lieu, a déclaré à l'AFP Niels Kraaier, représentant de l'Unicef en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

 L'effondrement d'un pan de montagne pourrait avoir enterré vivantes plus de 2000 personnes en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
L'effondrement d'un pan de montagne pourrait avoir enterré vivantes plus de 2000 personnes en Papouasie-Nouvelle-Guinée. - SATELLITE IMAGE ©2024 MAXAR TECHNOLOGIES / AFP

Des habitants refusent de quitter les lieux

Les autorités de Papouasie-Nouvelle-Guinée ont entamé l'évacuation de milliers personnes menacées par un possible nouveau glissement de terrain dans les hautes terres du centre du pays. "Nous essayons d'évacuer", a déclaré à l'AFP Sandis Tsaka, administrateur de la province d'Enga.

Celui-ci avait initialement indiqué à l'AFP que les autorités locales procédaient à l'évacuation de 7900 personnes, avant de préciser qu'il s'agissait de la population estimée de deux districts à évacuer. Des responsables d'agences d'aide humanitaire ont toutefois indiqué que nombre d'habitants refusaient de quitter les lieux dans l'espoir de retrouver des proches disparus.


JC avec AFP

Tout
TF1 Info