Le personnel de cabine de TAP Air Portugal a confirmé son intention de faire grève du 25 au 31 janvier.
Le mois dernier, une grève de 2 jours avait conduit à l'annulation de plus de 360 vols.
Déjà minée par la pandémie, la compagnie aérienne se trouve au cœur d'un scandale.

Avis de turbulences pour les futurs passagers de la compagnie TAP (ex-Air Portugal). Le personnel naviguant entend reconduire le mouvement social entamé en décembre dernier, faute d’entente avec l’administration pour trouver un nouvel accord d’entreprise. Une grève de sept jours à partir de mercredi prochain - soit du 25 au 31 janvier - a été votée par l'écrasante majorité des près de 1000  salariés réunis ce jeudi en assemblée générale. 

Le mois dernier, une grève de deux jours avait provoqué l'annulation de 360 vols et des pertes estimées à huit millions d'euros pour la compagnie aérienne publique. Les négociations visant à éviter une nouvelle grève s'étaient "raisonnablement bien passées" mais les salariés restent très remontés contre l'administration, avait expliqué le président du Syndicat national du personnel de l'aviation civile, Ricardo Penarroias, avant le vote du personnel.

La compagnie au cœur d'un scandale

Alors qu'elle doit mettre en œuvre un plan de restructuration impliquant d'importantes coupes salariales, TAP Air Portugal s'est retrouvée au centre d'une polémique qui a provoqué une série de démissions au sein du gouvernement portugais. L'affaire, désormais connue comme le "TAPgate", a éclaté lorsque la presse a révélé que l'ex-secrétaire d'État au Trésor avait quitté le conseil d'administration de la compagnie avec une indemnité de 500.000 euros, peu avant de prendre la tête de l'entreprise publique chargée du contrôle aérien, puis de rejoindre l'équipe gouvernementale. 

Le groupe aérien portugais a été renationalisé dans l'urgence en 2020, en échange de l'application d'un plan de restructuration imposé par Bruxelles. Chiffré à 3,2 milliards d'euros, le plan de sauvetage prévoyait, entre autres, une diminution de ses effectifs, une baisse des salaires et une réduction de sa flotte. La directrice générale de TAP, Christine Ourmières-Widener, a indiqué mercredi que la compagnie aérienne avait réalisé l'an dernier l'un de ses meilleurs chiffres d'affaires et envisageait de distribuer 48 millions d'euros à son personnel pour "soulager les coupes salariales" qui lui sont imposées. 


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info