Tensions entre Paris et Bakou : un Français détenu en Azerbaïdjan pour "espionnage"

par M.T avec AFP
Publié le 9 janvier 2024 à 10h32, mis à jour le 9 janvier 2024 à 10h54

Source : Sujet TF1 Info

L'ambassadrice d'Azerbaïdjan à Paris a annoncé, mardi, qu'un Français était détenu par Bakou pour "espionnage".
Les tensions diplomatiques montent encore d'un cran entre Paris et Bakou, après l'expulsion réciproque de deux diplomates en décembre dernier.

Nouveau signe des tensions entre Paris et Bakou. Un ressortissant français a été arrêté le 4 décembre dernier en Azerbaïdjan, a indiqué ce mardi l'ambassadrice d'Azerbaïdjan à Paris Leyla Abdullayeva. Il est accusé d'espionnage. "Soupçonné d'avoir commis des actes d'espionnage, Martin Ryan (...) a été arrêté le 4 décembre", a-t-elle précisé. "Plus tard, la justice a ordonné sa détention pour une durée de quatre mois", a-t-elle expliqué, soulignant que "dès son arrestation, l'ambassade de France à Bakou a été informée par une note verbale"

L'affaire avait fuité il y a quelques jours dans des médias en ligne, notamment en Azerbaïdjan, mais sans confirmation officielle jusqu'à présent. "On a parlé avec lui quatre fois, chaque fois deux minutes. Il dit qu'il est bien traité et qu'il s'entend bien avec son avocat", a expliqué son père Richard Ryan.

Les tensions diplomatiques continuent de monter

Fin décembre, les tensions diplomatiques étaient déjà montées d'un cran entre la France et l’Azerbaïdjan, avec l'expulsion réciproque de deux diplomates, alors que Bakou reproche depuis plusieurs mois à Paris son soutien à l'Arménie rivale. La France a notamment déclaré "persona non grata" deux diplomates azerbaïdjanais par "mesure de réciprocité", après la décision de Bakou d'expulser deux diplomates français. 

La position de la France dans le conflit entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie irrite profondément Bakou. Dans ce dossier, la France, terre d'accueil d'une importante diaspora arménienne, s’est dite prête à participer aux efforts de médiation, tout en affichant son soutien sans faille à l'Arménie. Résultat : Bakou a accusé la France de "déstabiliser" le Caucase et de "favoriser de nouvelles guerres" en promettant du matériel militaire à Erevan pour se défendre. 

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a par ailleurs refusé de se rendre en octobre à un sommet européen à Grenade (Espagne) et de participer à une réunion avec le président français Emmanuel Macron, affirmant qu'il avait des positions biaisées en faveur des Arméniens. Selon son père, Martin Ryan voit un lien entre son dossier et les tensions diplomatiques. "Une fois, il m'a dit : 'on a voulu m'utiliser comme un pion'", a expliqué Richard Ryan, indiquant que son fils avait "fait allusion aux deux diplomates expulsés en estimant qu'ils s'en tiraient à bons comptes". 

Depuis 30 ans, Arménie et Azerbaïdjan sont en conflit territorial au sujet de la région du Haut-Karabakh, que Bakou a reconquise en septembre après une offensive éclair contre les séparatistes arméniens. La quasi-totalité de la population arménienne de la région a depuis fui vers Erevan. 


M.T avec AFP

Tout
TF1 Info