Belgique : un projet d’attentat djihadiste déjoué à Bruxelles, une salle de concert ciblée

Publié le 4 mars 2024 à 18h30, mis à jour le 4 mars 2024 à 18h37

Source : Sujet TF1 Info

Le parquet fédéral belge annonce avoir interpellé quatre hommes, dont trois mineurs, qui projetaient une attaque terroriste "dans quelques semaines".
"Une salle de spectacle bruxelloise était particulièrement et concrètement visée", précisent les autorités.
Selon une source proche du dossier, il s'agissait de la salle du Botanique, l'une des plus célèbres de la capitale belge.

C’est une série de perquisitions qui a permis d’avorter leurs plans. La police belge a arrêté quatre hommes, dont trois mineurs ce dimanche 3 mars, qui préparaient un projet d’attentat jihadiste à Bruxelles. "Selon les premiers éléments de l'enquête, il apparaît qu’une salle de spectacle bruxelloise était particulièrement et concrètement visée et une action prévue dans quelques semaines", a précisé lundi le parquet fédéral belge. Il s'agit de la salle du Botanique, une des scènes musicales les plus connues de la capitale belge, précise une source proche du dossier à l'AFP.

Les suspects étaient suivis de près dans le cadre de deux dossiers judiciaires distincts, entre lesquels des recoupements ont été établis récemment. Proches de la mouvance jihadiste, ils échangeaient des messages jugés "suffisamment inquiétants" pour déclencher une opération de police. Les trois mineurs, qui projetaient plus particulièrement de s'attaquer à la salle de spectacle, ont été inculpés présentés lundi à un juge d'instruction de Termonde. Ni leurs identités ni les chefs d'inculpation n'ont été précisés.

Au cœur d'une deuxième enquête antiterroriste menée sous l'autorité du parquet fédéral, L'homme majeur a été inculpé pour "participation aux activités d'un groupe terroriste" et "actes préparatoires d'attentat" par un juge de Bruxelles. Il serait soupçonné d'un autre projet d'attaque, selon les premiers éléments de l'enquête. L'un des trois mineurs figurait dans son réseau de contacts. Les autorités belges restent sur le qui-vive depuis les attentats-suicides de mars 2016 à Bruxelles (35 morts), perpétrés par la cellule jihadiste déjà à l'origine des attaques du 13 novembre 2015 en France qui ont fait 130 morts, dont les trois quarts dans la salle parisienne du Bataclan).


La rédaction de TF1info avec AFP

Tout
TF1 Info