Bernie Sanders est "fier" de soutenir Hillary Clinton

Publié le 26 juillet 2016 à 8h25
Bernie Sanders est "fier" de soutenir Hillary Clinton

UNITÉ - Le Parti démocrate, en pleine déroute après les dernières révélations de Wikileaks sur son parti-pris pro-Clinton, semble s'en remettre à Bernie Sanders et à son costume de rassembleur pour éviter la victoire du candidat républicain.

Jouant l'unité contre Donald Trump, Bernie Sanders a mis lundi tout son poids derrière son ancienne rivale Hillary Clinton, au premier jour d'une convention d'investiture démocrate chahutée par les incontrôlables partisans du sénateur.

Reconnaissant sa déception d'avoir perdu les primaires, il a autant critiqué Donald Trump que défendu Hillary Clinton, et s'est vanté d'avoir fait adopter par la convention le programme "le plus progressiste" de l'histoire du Parti démocrate. "Hillary Clinton sera une présidente exceptionnelle et je suis fier d'être à ses côtés ce soir", a-t-il conclu.

"Battre Trump, élire Clinton"

"Si l'on se réfère à ses idées et à son leadership, Hillary Clinton doit devenir la prochaine présidente des Etats-Unis", a déclaré Bernie Sanders à Philadelphie, ovationné par la foule des délégués mais hué aussi par certains de ses irréductibles partisans.

"Nous devons battre Donald Trump. Nous devons élire Hillary Clinton". Alors que la convention d’investiture démocrate n’a pas encore débuté, Bernie Sanders a voulu donner le ton lors d’une brève allocution devant ses partisans. "Trump est une brute et un démagogue", a-t-il lancé ensuite à l’assistance.

EN SAVOIR + >>  Les pro-Sanders se résoudront-ils à voter Clinton ?

Redorer l'image du parti

Une déclaration sans équivoque qui intervient au moment où le Parti démocrate connaît quelques remous. Le rassemblement de la famille du parti de la gauche américaine a été secoué par la publication ce week-end par le site Wikileaks de près de 20.000 messages échangés par des responsables du Parti démocrate. Des e-mails au ton pour le moins méprisant à l'égard de Bernie Sanders. Pour cela, des responsables du parti ont présenté leurs "excuses sincères" à Bernie Sanders et à ses supporters pour "des remarques inexcusables".

Première conséquence, la démission de la présidente du parti Debbie Wasserman Schultz, directement impliquée dans ces révélations de Wikileaks. Des fuites qui jetteront aussi davantage le discrédit sur la candidature de Hilary Clinton, décriée par certains électeurs pour son appartenance à l'establishment américain et qui la croient ainsi peu capable de comprendre et résoudre les problèmes économiques et sociaux de la population américaine.

EN SAVOIR + >>  La patronne des démocrates démissionne : la convention démarre mal pour Clinton

Trump en tête dans les sondages

Longtemps seul trouble-fête des primaires en tenant farouchement tête à Hilary Clinton, ne reconnaissant sa défaite qu’aux derniers instants, Bernie Sanders est aussi dans une position délicate. D’un côté, et comme ce fut encore le cas ce lundi, le sénateur du Vermont doit faire face à une partie de ses partisans qui rejettent son appel en faveur d'Hillary Clinton. De l’autre, il doit justement maintenir les mécontents dans son giron, et surtout éviter qu’ils investissent celui de Donald Trump... Un changement de cible qui n'est pas passée inaperçue chez le milliardaire :

"Bernie Sanders s'est vendu à Hillary-la-crapule. Tout ce travail, cette énergie et cet argent, pour rien du tout ! Une perte de temps."

D’autant que dans la foulée de la convention républicaine à Cleveland la semaine dernière, Donald Trump s'est hissé à égalité voire légèrement au-dessus de la démocrate dans deux sondages. Selon CNN, le républicain recueillerait 48% des intentions de vote, contre 45% pour Hillary Clinton.

A LIRE AUSSI >>  Présidentielle américaine: le demi-frère d'Obama votera pour... Trump


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info