Braquages en série au Liban : les banques fermées jusqu’à nouvel ordre

Justine Briquet-Moreno avec AFP
Publié le 23 septembre 2022 à 7h20
JT Perso

Source : JT 20h WE

Plusieurs Libanais ont, ces dernières semaines, braqué leur banque pour récupérer leur argent.
Des actes commis sur fond de grave crise économique.
L’Association des banques du Liban évoque un climat ambiant "d’incitation à la violence".

Au Liban, les banques vont rester fermées pour une durée indéterminée. La raison : une série de vols à main armée perpétrés par des clients qui cherchent à récupérer leurs économies. Face à ces actes, l'association des banques libanaises dénonce un manque de protection de la part des autorités et a donc décidé de laisser les portes de ses établissements fermées. 

Lire aussi

Le groupement bancaire explique que sans une aide de l'État, les risques encourus par les employés et les clients sont trop importants. Mercredi 14 septembre, à Beyrouth, les images d'une femme armée d’un faux pistolet et organisant un hold-up dans sa propre banque, a marqué les esprits. Son objectif ? Récupérer l’argent qui "dort" sur son compte pour financer le traitement de sa sœur qui souffre du cancer. Avant les faits, elle avait demandé à retirer ses économies à plusieurs reprises, sans succès. Depuis, sept agences ont annoncé avoir été la cible de braquages. 

Des actes de rébellion perçus par la population comme autant d'actes de désespoir de la part de personnes qui n'ont souvent même pas de casier judiciaire et qui cherchent simplement à payer leurs factures. Au Liban, les retraits bancaires sont plafonnés et limitent l’accès des citoyens à leur compte alors que le pays est frappé par une crise financière sans précédant. 

Depuis octobre 2019, des millions de Libanais ont ainsi progressivement vu l'accès à leur compte bancaire restreint tandis que la monnaie locale a été dévalorisé de près de 90%. Cette crise a fait basculer les trois quarts de la population libanaise dans la pauvreté. Aujourd'hui, plus de 80 % des Libanais ont du mal à se procurer de la nourriture et des médicaments, selon la chaîne britannique BBC.


Justine Briquet-Moreno avec AFP

Tout
TF1 Info