Le 20h

36 jours dans la forêt amazonienne : l'incroyable périple d'un pilote rescapé d'un crash

V. F
Publié le 9 avril 2021 à 9h36
JT Perso

Source : TF1 Info

SEUL AU MONDE - Un jeune pilote brésilien dont l'avion s'est écrasé dans la forêt amazonienne a dû marcher pendant plus d'un mois avant de trouver des secours. Perdu dans cette immensité, il n'a eu que le soleil levant comme repère.

Cela aurait pu être le point de départ du scénario d'un film catastrophe : un pilote d'avion perdu dans l'immensité de la forêt amazonienne après un atterrissage d'urgence. Mais c'est l'histoire bien véridique qui est arrivée à Antonio Sena, un jeune pilote brésilien qui a bien pensé ne plus jamais revoir sa famille. Le 28 janvier, il décolle d'Alenquer, dans le nord du pays, en direction d’une mine d'or au cœur d'une réserve biologique d’Amazonie, mais son avion Cessna connaît une panne moteur, s'écrase et prend feu. Il n'a alors que quelques secondes pour s'extirper de la carlingue.

"Tout de suite, je me suis dit qu'il fallait que je récupère quelque chose, n'importe quoi qui pourrait m'être utile pour ce temps que j'allais passer dans la forêt parce que j'ai bien compris que j'allais y rester un moment", raconte-t-il. Dans la carcasse de l'avion, il va donc récupérer un couteau, une corde et un sac. De quoi se lancer dans un incroyable périple dans la forêt vierge.

Je me suis surtout nourri de fruits que je trouvais sur mon chemin. Il y en a certains que je n'avais jamais vu de ma vie.

Antonio Sena

Antonio Sena se décide à marcher et marcher encore, en direction du soleil levant, et se protège le soir dans des abris qu'il construit. Il parvient aussi à faire du feu, mais ses plus grandes peurs restent les animaux sauvages et le manque de nourriture. "Je me suis surtout nourri de fruits que je trouvais sur mon chemin. Il y en a certains que je n'avais jamais vu de ma vie. Il y a même un petit fruit que j'ai pris quand j'ai vu que les singes le mangeaient", poursuit le jeune rescapé.

Épuisé, amaigri de 25 kilos, son abnégation va finalement payer. Après avoir marché seul durant 28 kilomètres (à vol d'oiseau), il rencontre des cueilleurs de noix dans la forêt qui vont lui sauver la vie. "À ce moment, j'ai tout lâché. J'ai pleuré énormément. Toute cette souffrance était enfin finie, j'étais sauvé", lance-t-il.

Le jeune pilote aura marché en tout pendant plus d'un mois. Deux choses lui ont permis de tenir bon : sa foi et l'amour pour sa famille.


V. F