Conflit sur les zones de pêche : Londres rejette l'échéance de ce vendredi

Publié le 10 décembre 2021 à 7h30

Source : JT 20h Semaine

TENSIONS - Le gouvernement français réclame le renouvellement de 104 licences de pêches par Londres et pourrait demander un arbitrage européen si l'échéance de ce vendredi n'est pas respectée.

L'implication de l'Union européenne devait permettre de trouver une issue au bras de fer. Et pourtant, onze mois après l'entrée en vigueur du Brexit, le conflit qui oppose la France au Royaume-Uni sur les licences de pêche semble loin d'être réglé. 

Alors que la Commission européenne avait donné au gouvernement britannique jusqu'à ce vendredi soir pour régler ce litige, Londres a sèchement rejeté cette échéance. "Nous n'avons jamais fixé de date butoir", a déclaré le porte-parole du premier ministre Boris Johnson, "ils en ont fixé une mais ce n'est pas celle sur laquelle nous travaillons".

Des "relations difficiles"

Les discussions ne sont pour autant à l'arrêt. Le ministre britannique de l'Environnement George Eustice doit de nouveau s'entretenir avec le commissaire européen Virginijus Sinkevicius ce vendredi, après avoir parlé avec lui mercredi soir. "Toutes les discussions sur le sujet ont été constructives", a ajouté le porte-parole du 10 Downing Street, "il y a un processus technique qui se poursuit, basé sur des preuves plutôt des dates butoir".

Quelques minutes après ces déclarations, Emmanuel Macron, en pleine conférence de presse sur les questions européennes, a évoqué des "relations difficiles" entre la France et la Grande-Bretagne, "difficiles" même, "parce que le gouvernement (britannique), jusqu’à présent, ne fait pas ce qu’il dit (...) Il a signé un accord de retrait (de l'Union européenne), en décembre 2020), qui impose sur la pêche de tenir vis-à-vis de nos pêcheurs professionnels des engagements".

Paris prêt à aller "au contentieux"

En vertu de l'accord de sorti, les pêcheurs français disposent d'un droit d'accès aux zones de pêche dans la mer du Nord, la mer Celtique et dans la Manche jusqu'à l'été 2026,  date à laquelle les pêcheurs européens devront renoncer au quart de leurs prises dans les eaux britanniques. Mais, en pratique, le Royaume-Uni et la France se disputent autour des justificatifs à fournir pour obtenir une autorisation, Londres freinant pour en délivrer. Après des mois de négociations, la France a obtenu au total 1 004 licences définitives et en réclame encore 104.

Jeudi, la ministre française de la pêche, Annick Girardin, a déclaré son intention de réclamer un arbitrage a niveau européen, qui pourrait aller "jusqu'au contentieux" juridique si toutes les licences de pêche encore réclamées au Royaume-Uni n'étaient pas accordées d'ici vendredi soir.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info