Brexit : goodbye United Kingdom

Brexit : face aux pénuries, le Royaume-Uni retarde les contrôles douaniers pour l'UE

CQ
Publié le 14 septembre 2021 à 17h00
Brexit : face aux pénuries, le Royaume-Uni retarde les contrôles douaniers pour l'UE

Source : BEN STANSALL / AFP

BREXIT - Confronté à des pénuries de marchandises, le Royaume-Uni ne mettra pas en place tout de suite des contrôles aux frontières sur les importations de l'Union européenne.

En quittant l'Union européenne (UE), le Royaume-Uni avait des velléités de départ sans retour. Mais la pandémie étant passée par là, il faudra attendre encore un peu avant d'en appliquer toutes les conditions. Ainsi, les contrôles prévus dès janvier 2022 sur les produits en provenance de l'UE sont reportés et "mis en place progressivement tout au long de 2022", a annoncé le gouvernement britannique, alors que le pays est déjà confronté à des difficultés d'approvisionnements.

"Nous voulons que les entreprises se concentrent sur leur reprise post-pandémie plutôt que d'avoir à faire face à de nouvelles exigences à la frontière, c'est pourquoi nous avons établi un nouveau calendrier pragmatique pour l'introduction de contrôles complets aux frontières", a indiqué le ministre chargé du Brexit David Frost, dans un communiqué diffusé ce mardi 14 septembre. 

De nouvelles règles sur l'importation de produits d'origine animale, qui devaient être introduites à partir du mois prochain, sont donc repoussées au 1er janvier. Et si les déclarations et les contrôles douaniers seront bien introduits d'ici au 1er janvier 2022, les déclarations en matière de sûreté et de sécurité, comme les certificats phytosanitaires, ne seront pas requises avant le 1er juillet 2022.

Des pénuries dans les rayons alimentaires

Certaines des infrastructures aux postes de contrôle ne sont tout simplement pas prêtes, comme dans les ports de Holyhead, Pembrokeshire et Douvres, rapporte le Guardian. De plus, l'impact du Covid sur l'économie britannique est trop important pour pouvoir appliquer le calendrier du Brexit à la lettre, font valoir les autorités. Dans le pays, des pénuries alimentaires sont d'ores et déjà constatés dans des supermarchés, en particulier sur la viande et les produits laitiers. 

"Il existe des pressions sur les chaînes d'approvisionnement mondiales, causées par un large éventail de facteurs, notamment la pandémie et l'augmentation des coûts du transport mondial de marchandises. Ces pressions se font particulièrement sentir dans le secteur agroalimentaire", a avancé en ce sens Penny Mordaunt, la trésorière générale au sein de l'exécutif. Et pour cause, 80% de la nourriture consommée par les Britanniques proviennent d'importations, et notamment d'Europe.

Un supermarché de Londres le 7 septembre 2021, confronté à des difficultés d'approvisionnements. - JUSTIN TALLIS / AFP

Mais selon plusieurs fédérations, comme la National Farmer's Union (NFU), le report des contrôles aux douanes donnera un avantage certain aux exportateurs européens au détriment des entreprises britanniques. Et ne résoudra pas les problèmes actuels d'approvisionnements, qui seraient causés en réalité par un manque de main d'œuvre. 

"De nombreux travailleurs étrangers ont quitté le Royaume-Uni pendant la pandémie, affectant des industries comme l’hôtellerie, la logistique et la transformation des aliments, et les nouvelles règles d’immigration rendent plus complexe le remplacement des émigrés", a par exemple alerté Tony Danker, président de la Confédération de l'industrie britannique, cité par le journal allemand Der Spiegel

Lire aussi

Du côté des transports, de nombreux chauffeurs routiers européens ont quitté le Royaume-Uni pendant la pandémie et n'ont pu revenir facilement à cause des nouvelles règles du Brexit. Alors qu'il manquerait 100.000 chauffeurs poids lourds dans le pays, le gouvernement a annoncé vendredi 10 septembre accélérer la formation qui leur est ouverte, avec "jusqu'à 50.000 tests de conduite de poids lourds supplémentaires (...) disponibles chaque année". 


CQ

Tout
TF1 Info