Burkina Faso : tirs de gaz lacrymogènes de l'intérieur de l'ambassade de France pour disperser des manifestants

La rédaction de TF1info avec AFP
Publié le 2 octobre 2022 à 11h58
JT Perso

Source : JT 13h WE

Ce dimanche matin, des individus soutenant le putschiste autoproclamé Ibrahim Traoré se sont rassemblés devant l'ambassade de France à Ouagadougou.
Ils ont du être dispersés par des tirs de gaz lacrymogène.
L'incertitude est grande actuellement dans la capitale burkinabé.

Des grenades de gaz lacrymogène ont été tirées dimanche de l'intérieur de l'ambassade de France à Ouagadougou pour disperser des manifestants soutenant le putschiste autoproclamé Ibrahim Traoré. Quelques dizaines de manifestants s'étaient rassemblés devant l'ambassade, mettant le feu à des barrières de protection et jetant des pierres à l'intérieur du bâtiment, sur le toit duquel étaient positionnés des soldats français, quand les gazs ont été tirés, comme le rapportent l'AFP et LSI Africa.

 D'autres manifestants ont également été vus par le journaliste de l'AFP arracher des barbelés pour tenter d'escalader le mur d'enceinte du bâtiment diplomatique. 

L'ambassade française prise pour cible

Samedi en fin d'après-midi déjà, deux institutions françaises avaient été prises pour cible par des manifestants qui pensaient que le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba,  qui avait lui-même pris le pouvoir par les armes en janvier 2022 et qui a été renversé par les putschistes, y avait trouvé refuge : un incendie s'était déjà déclaré devant l'ambassade de France à Ouagadougou et un autre devant l'Institut français à Bobo-Dioulasso. Le Quai d'Orsay avait formellement démenti toute implication, et avait ajouté que "le camp où se trouvent les forces françaises n’a jamais accueilli Paul-Henri Sandaogo Damiba, pas davantage que notre ambassade".

Les Français invités à rester chez eux par le Quai d'Orsay

Condamnant ces violences "avec la plus grande fermeté", le ministère des Affaires étrangères a, ensuite, indiqué que "la sécurité de (ses) compatriotes" était sa "priorité".  Les Français sur place ont été invités "à exercer la plus grande vigilance et à rester chez eux jusqu’à nouvel ordre". Les États-Unis ont également conseillé à leurs ressortissants de limiter leurs déplacements. Plusieurs images montrent des manifestants, sur place, arboré des drapeaux russes.  

Un manifestant agite un drapeau burkinabé et un drapeau russe lors d'un rassemblement à Ouagadougou le 30 septembre 2022. - OLYMPIA DE MAISMONT / AFP

Dimanche, des manifestants se sont également rassemblés près du siège de la télévision nationale du Burkina Faso autour duquel le dispositif de blindés en place depuis vendredi, a été allégé, avec trois véhicules, au lieu d'une vingtaine. Des rassemblements ont eu lieu pendant la nuit de samedi à dimanche sur plusieurs grands axes de la capitale burkinabé, survolée toute la nuit par un hélicoptère militaire. 


La rédaction de TF1info avec AFP

Tout
TF1 Info