Un cardinal canadien, homme fort du Vatican, accusé d'agressions sexuelles

Dylan VEERASAMY avec AFP
Publié le 16 août 2022 à 23h17, mis à jour le 19 août 2022 à 17h57
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le cardinal Marc Ouellet a été accusé d'agressions sexuelles au Canada, à travers une action collective.
Une femme a assuré, dans une lettre, que l'homme de foi avait eu des gestes déplacés entre 2008 et 2010.
L'intéressé "nie fermement" ces accusations.

C’est une nouvelle onde de choc qui frappe l’Église catholique et le Vatican. Le cardinal Marc Ouellet, qui occupe l'une des fonctions les plus importantes du gouvernement du Vatican, est accusé d'agressions sexuelles dans une action collective rendue publique, ce mardi 16 août, au Canada et visant plus de 80 membres du diocèse de Québec.

Un potentiel successeur du Pape François

Qualifié d’"homme fort du Vatican, pressenti pour succéder un jour au pape François" par Radio-Canada, Marc Ouellet a été signalé à travers une lettre rédigée par une stagiaire présente entre 2008 et 2010. La victime, qui a signé sa lettre d’un simple "F.", raconte avoir subi plusieurs agressions et attouchements de la part du cardinal canadien. Elle raconte notamment que Marc Ouellet l'aurait "embrassée" et aurait "glissé sa main" le long de son dos "jusqu'à ses fesses" en 2010.

Des gestes effectués à plusieurs reprises par le cardinal, qui aurait profité de son rôle, selon l’avocat Alain Arsenault, représentant de nombreux plaignants. "Vous avez à ce moment-là une jeune femme dans la mi-vingtaine contre un homme puissant en autorité, connu mondialement à l’époque, qui avait peut-être 60 ans. [...] Comme la majorité des victimes, elle a figé", a indiqué l'avocat à Radio-Canada.

Ce témoignage est dévoilé près de trois semaines après le passage du souverain pontife au Canada, où ce dernier s’était excusé pour les nombreux abus perpétrés par l’Église sur les populations autochtones, notamment dans des pensionnats pour membres de la communauté autochtone. En février dernier, depuis le Saint-Siège, le cardinal Ouellet avait fustigé les "comportements criminels trop longtemps dissimulés pour protéger l'institution".

Lire aussi

Contacté par l'AFP, le diocèse de Québec a répondu mardi prendre "acte des allégations à l'endroit du cardinal Marc Ouellet" et ne vouloir "faire strictement aucun commentaire à ce sujet". Vendredi, l'intéressé a "nié fermement" ces accusations, les jugeant "diffamatoires" dans une déclaration publiée sur le site d'information du Vatican.


Dylan VEERASAMY avec AFP

Tout
TF1 Info