Centrafrique : l'ONU demande la libération des quatre soldats français arrêtés

L.A. avec AFP
Publié le 23 février 2022 à 6h20
Les soldats français arrêtés ont été accusés sur les réseaux sociaux d’avoir voulu "assassiner" le président centrafricain le président centrafricain Faustin Archange Touadéra.

Les soldats français arrêtés ont été accusés sur les réseaux sociaux d’avoir voulu "assassiner" le président centrafricain le président centrafricain Faustin Archange Touadéra.

Source : JOHN THYS/POOL (AFP)

L'ONU demande d'obtenir "au plus vite" la libération des militaires français.
Lundi, ces quatre Français qui escortaient un général de la force de l'ONU avaient été arrêtés à l'aéroport de Bangui.

"Ils portent des cartes d'identification de l'ONU" et "ne sont pas libres", s'est insurgé ce mardi le porte-parole des Nations Unies, Stéphane Dujarric. Plus tôt dans la journée, il a rencontré le président Faustin Archange Touadéra afin d'obtenir "au plus vite" la libération de quatre militaires français, membres de la mission onusienne Minusca dans ce pays.

Ils avaient été accusés sur les réseaux sociaux d’avoir voulu "assassiner" le président centrafricain, ce que Paris et l’ONU ont démenti. Cet incident est survenu au moment où les relations entre la France et son ancienne colonie sont de plus en plus tendues, exacerbées par une féroce guerre d'influence entre Paris et Moscou, dans ce pays en guerre civile depuis 2013.

La France reproche à la Centrafrique d'être "complice" d’une campagne antifrançaise orchestrée par Moscou notamment par d'innombrables trolls sur les réseaux sociaux et dans certains médias. Et Moscou reproche à Paris d'accuser la compagnie de sécurité privée russe Wagner d'avoir fait main-basse sur le pouvoir et les ressources du pays.

Lire aussi

La Minusca compte environ 15.000 militaires et policiers dans ce pays parmi les plus pauvres du monde et en guerre civile depuis près de neuf ans.


L.A. avec AFP

Tout
TF1 Info