Ceuta et Melilla : les enclaves de la discorde entre l'Espagne et le Maroc

Thibault Nadal
Publié le 18 mai 2021 à 16h27
JT Perso

Source : TF1 Info

FRONTIÈRES - Dans la nuit de lundi à mardi, près de 8000 personnes ont tenté de rejoindre les enclaves espagnoles au Maroc. Des territoires qui ont toujours fait débat entre l’Espagne et le Maroc.

Une arrivée dans des proportions jamais vues jusque-là. Dans la nuit de lundi 17 à mardi 18 mai, près de 8000 personnes ont tenté de rejoindre à la nage ou à pied l’enclave espagnole au Maroc de Ceuta. Au même moment, 86 migrants ont réussi à franchir les hautes barrières de Melilla, l’autre enclave espagnole située au Maroc. Depuis de nombreuses années, ces deux villes sont au cœur de tensions diplomatiques entre Madrid et Rabat. 

Ceuta et Melilla : deux enclaves espagnoles

Melilla et Ceuta sont deux villes de respectivement 12,3 km² et 19 km² situées sur les côtes marocaines. Elles comptent près de 170.000 habitants à elles deux. La Constitution espagnole de 1978 en fait d'elles une part intégrante du territoire espagnol. Elles ont acquis le statut de villes autonomes en 1995. Depuis l'entrée de l'Espagne dans l'Union européenne en 1986, elles font donc partie de l'ensemble communautaire. Mais bien avant cela, l’Espagne y exerce sa souveraineté depuis le XVIe siècle. 

Seule frontière terrestre entre l'Afrique et l'Europe

Ces enclaves constituent la seule frontière terrestre de l'Union européenne avec l'Afrique. Portes d’entrée dans l’UE pour les migrants venus de toute l’Afrique, elles sont donc régulièrement le théâtre de tentatives de passages en force de migrants. 

En 2007, face à l’augmentation de l’immigration illégale, l’Espagne sous l’autorité de l’Union européenne décide d’augmenter la hauteur de ses barrières pour les porter jusqu'à 16 mètres actuellement. Les deux villes sont encerclées par des clôtures de fils barbelés, longues de douze kilomètres. On trouve également des miradors et des gardes lourdement armés. Coût total de ces opérations : 33 millions d’euros pour l’Espagne. Cela n’empêche pas de nombreux migrants de régulièrement tenter de franchir les barrières. 

Entre le début de l'année et le 15 mai, 475 migrants sont arrivés à Ceuta, soit plus du double par rapport à la même période l'an passé, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur publiés il y a quelques jours.

Tensions entre l'Espagne et le Maroc

La question de la souveraineté de ces territoires n'est pas totalement fermée depuis l'indépendance du Maroc en 1956. Le Premier ministre marocain a déclaré en décembre que "Ceuta et Melilla était une question qui doit s'ouvrir [...] elle reste en suspens depuis cinq ou six siècles mais un jour elle pourrait s'ouvrir". Le ministère espagnol des Affaires étrangères avait alors immédiatement convoqué l’ambassadrice du Maroc à Madrid rappelant que "l'Espagne attend de tous ses partenaires le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de notre pays".   

Lire aussi

Les relations diplomatiques entre les deux pays se sont également tendues fin avril, depuis l'accueil en Espagne, du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario venu pour des soins. Le conflit au Sahara occidental, ancienne colonie espagnole classée "territoire non autonome" par les Nations unies en l'absence d'un règlement définitif, oppose depuis plus de 45 ans le Maroc au Polisario, soutenu par l'Algérie.


Thibault Nadal

Tout
TF1 Info