Changement climatique et guerre en Ukraine : l'ONU lance un appel de fonds record

E.R. avec AFP
Publié le 1 décembre 2022 à 8h09
JT Perso

Source : JT 20h WE

L'ONU a lancé son plus important appel de fonds pour l'aide humanitaire ce jeudi.
L'organisation aura besoin de près de 50 milliards d'euros pour venir en aide aux plus vulnérables.
Un montant bien supérieur aux années précédentes, en raison du conflit en Ukraine, mais aussi des conséquences du changement climatique.

49,6 milliards d'euros. C'est le montant dont aura besoin l'Organisation des nations unies l'an prochain pour financer ses programmes et venir en aide à 230 millions de personnes vulnérables dans 68 pays, et pour lequel elle a lancé un appel de fonds ce jeudi. Cette somme est en hausse de 25% par rapport à l'année précédente en raison des besoins humanitaires qui s'envolent, portés par le conflit en Ukraine et les effets du changement climatique, tels que les risques de famine en Afrique. "L'année prochaine sera donc le plus vaste programme humanitaire" jamais lancé au niveau mondial, a noté le chef de l'agence humanitaire de l'ONU Martin Griffiths.

339 millions de personnes dans le besoin

Mais ce montant ne permettra pas de venir en aide à toutes les personnes dans le besoin. Au total, elles seront 339 millions dans le monde à avoir besoin d'une aide d'urgence, contre 274 millions en 2022, "un chiffre énorme et déprimant", a encore estimé le chef de l'agence humanitaire. Et le pic connu après la pandémie de Covid-19 n'a pas diminué. 

"Des sécheresses et des inondations meurtrières font des ravages (...) du Pakistan à la Corne de l'Afrique. La guerre en Ukraine a transformé une partie de l'Europe en champ de bataille. Plus de 100 millions de personnes sont déplacées dans le monde. Et tout cela en plus de la dévastation que la pandémie a entrainée chez les plus pauvres dans le monde", a souligné Martin Griffiths, qui s'attend à ce que 2023 ressemble à 2022.

Des conditions proches de la famine dans 5 pays

L'appel de fonds lancé par l'ONU dresse un sombre tableau de l'état mondial. Fin 2022, au moins 222 millions de personnes dans 53 pays seront confrontées à une insécurité alimentaire aiguë et 45 millions de personnes dans 37 pays risquent de mourir de faim. L'Afghanistan, l'Éthiopie, Haïti, la Somalie, et le Soudan du Sud connaissent déjà "des conditions proches de la famine, dans lesquelles nous pouvons dire (...) que des personnes meurent à cause des déplacements, de l'insécurité alimentaire, du manque de nourriture", a précisé Martin Griffiths. 

Les différentes épidémies, de Covid-19, variole du singe ou encore d'Ebola, ainsi que le changement climatique ne font qu'accroître les vulnérabilités.

2023, l'année de la solidarité ?

L'ONU espère que 2023 sera "l'année de la solidarité, après une année 2022 de souffrances". Cette année, l'appel de fonds n'a été financé qu'à hauteur de 47%, tandis que "ces deux à trois dernières années, nous aurions obtenu 60 à 65% de financement au niveau mondial", a expliqué Martin Griffiths. Selon l'ONU, le déficit de financement n'a jamais été aussi important, et est actuellement de 53%, obligeant les organisations humanitaires à faire le choix de cibler les populations qui pourront bénéficier d'une aide.

Lire aussi

Le pays pour lequel les Nations unies auront l'an prochain le plus grand besoin de fonds est l'Afghanistan (4,63 milliards de dollars), suivi de la Syrie, du Yémen et de l'Ukraine, devant notamment l'Éthiopie.


E.R. avec AFP

Tout
TF1 Info