Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Chine : un coronavirus très proche du Covid-19 identifié chez des chauves-souris

C.A.
Publié le 11 juin 2021 à 11h37
Deux chauve-souris de l'espèce Grand rhinolophe fer à cheval.

Deux chauve-souris de l'espèce Grand rhinolophe fer à cheval.

Source : iStock

RECHERCHE - Des chercheurs chinois de l'université de Shandong rapportent dans une étude avoir découvert chez des chauves-souris une souche de coronavirus génétiquement très proche du Covid-19.

Des chercheurs chinois affirment avoir retrouvé chez des chauves-souris un coronavirus génétiquement très proche du Covid-19. Cette découverte a été faite dans la province de Yunnan, au sud-ouest du pays, en analysant des échantillons d'urine, d'excréments et de salive provenant de prélèvement oraux. Ces prélèvements ont été réalisés entre mai 2019 et novembre 2020, rapportent-ils dans une étude parue début juin dans la revue scientifique Cell et relayée par CNN.

Pour les chercheurs de l'université de Shandong, ces découvertes montrent combien il existe de variétés de coronavirus chez les chauves-souris et à quel point il est possible que cela se propage, de manière régulière, chez les humains.

Ces résultats démontrent clairement que des virus étroitement liés au SARS-CoV-2 continuent de circuler dans les populations de chauves-souris.

L'équipe de chercheurs de l'université de Shandong

"Au total, nous avons assemblé 24 nouveaux génomes de coronavirus de différentes espèces de chauves-souris, dont quatre coronavirus comme le SARS-CoV-2", écrivent les chercheurs dans leur rapport. La forme la plus proche du Covid-19, responsable de la pandémie mondiale, baptisée RpYN06, a été prélevée sur une espèce de chauve-souris fer à cheval, connue pour être un réservoir important de coronavirus, la Rhinolophus pusillus. Seules des différences génétiques sur la protéine de pointe, la structure en forme de crochet que le virus utilise pour se fixer aux cellules, ont été notées en comparant cette souche à celle du SARS-CoV-2. Trois autres échantillons prélevés et décrits dans l'étude étaient également génétiquement proches du SARS.

"Avec le virus connexe au SARS-CoV-2 collecté en Thaïlande en juin 2020, ces résultats démontrent clairement que des virus étroitement liés au SARS-CoV-2 continuent de circuler dans les populations de chauves-souris, et pourraient apparaître dans certaines régions à une fréquence relativement élevée", déclarent les auteurs du rapport.

Le point de départ de la pandémie toujours inconnu

A l'heure actuelle, l'origine de la pandémie n'a toujours pas été identifiée, malgré une enquête diligentée par l'Organisation Mondiale de la Santé. Si la chauve-souris constitue le point de départ probable de la pandémie, le virus aurait néanmoins pu fuiter d'un laboratoire après avoir été prélevé sur l'un de ces mammifères volants, comme l'affirmait encore un article du Wall Street Journal publié le 23 mai, ou infecter un animal intermédiaire qui aurait à son tour infecté l'Homme. "Mis à part les chauves-souris et les humains, les coronavirus peuvent infecter un large éventail d'animaux domestiques et sauvages, notamment des porcs, des bovins, des souris, des chats, des chiens, des poulets, des cerfs et des hérissons", indiquent les scientifiques chinois.


C.A.

Tout
TF1 Info