Le gouvernement américain serait sur le point de reclasser le cannabis comme une drogue "moins dangereuse".
Une décision qui pourrait avoir d'importantes répercussions économiques, sur la recherche médicale ou encore sur des contraintes réglementaires et fiscales.
Aujourd'hui, la substance est classée en catégorie 1, celle des drogues considérées comme très addictives.

Les autorités américaines pourraient confirmer en ce début de semaine que le cannabis va être reclassé comme une drogue moins dangereuse outre-Atlantique. Concrètement, le cannabis pourrait ainsi passer de la catégorie 1, celle des substances considérées comme très addictives et sans intérêt médical (telles que l'héroïne), à la catégorie 3. C'est dans cette dernière que se trouvent par exemple certains médicaments à la codéine.

En pratique, le ministère américain de la Justice déciderait ainsi de faire de la consommation de marijuana un crime fédéral moins grave. Les sanctions pour l'utilisation de médicaments de catégorie 3 sont moins sévères en vertu de la loi fédérale. Le président Biden, candidat à sa réélection en novembre, a lancé une révision de la classification de la drogue en 2022. Il s'agissait alors d'honorer une promesse de campagne importante pour les membres les plus à gauche de sa base politique.

Rendre plus cohérentes les lois étatiques et fédérales

Selon les médias américains, "la reclassification de la marijuana représente une première étape vers la réduction du fossé entre les lois étatiques et fédérales sur le cannabis". Il faut en effet garder à l'esprit que cette drogue "est légale sous une forme ou une autre dans près de 40 États". Si ce reclassement n'est pas synonyme de légalisation, cette décision est perçue comme une porte ouverte à davantage de recherche et d’usage médical. Tout en entraînant des sanctions pénales plus légères et une augmentation des investissements dans le secteur du cannabis.

Il y a quelques mois, Joe Biden avait laissé entendre que les États-Unis devaient reconsidérer les sanctions liées au cannabis. "Les casiers judiciaires pour consommation et possession de marijuana ont imposé des obstacles inutiles à l’emploi, au logement et aux opportunités d’éducation", expliquait en décembre le président américain. 

Les opposants à un tel assouplissement de la législation redoutent qu'une requalification du cannabis vienne banaliser sa consommation et toucher un plus grand nombre de consommateurs. Le risque d'un basculement progressif vers d'autres drogues, jugées plus dangereuses, est alors invoqué. À l'inverse, des voix s'élèvent pour réclamer que les moyens conséquents investis dans la lutte contre le cannabis soient réorientés. Afin, notamment, de prévenir les dangers de substances telles que le fentanyl, à lui seul responsable de plus de 100.000 décès par an aux États-Unis.


TD

Tout
TF1 Info