Attaque iranienne sans précédent contre Israël : une jeune fille blessée et des "dégâts mineurs"

par C.Q
Publié le 14 avril 2024 à 16h46

Source : JT 13h WE

Une attaque inédite par son ampleur a été menée samedi par l'Iran contre Israël.
"99% des tirs" ont été déjoués, occasionnant seulement quelques "dégâts mineurs", a affirmé l'État hébreu.
Une manière de hausser le ton pour Téhéran, après la destruction de son consulat en Syrie.

Ce sont plus de "plus 300 drones et missiles" qui ont été tirés par l'Iran, selon l'armée israélienne. Dans la nuit de samedi 13 à dimanche 14 avril, les engins - 170 drones, 110 missiles balistiques et 30 missiles de croisière, selon l'armée de l'État hébreu - ont mis près de cinq heures pour arriver dans le ciel israélien, pour ce qui représente la première attaque directe menée par Téhéran contre Tel Aviv.

La base de Nevatim touchée

Avec l'aide de ses alliés et de pays voisins (les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et la Jordanie), Israël assuré avoir déjoué "99%" des projectiles. Si ces frappes ont été aisément interceptées par les acteurs implantés dans la région, c'est que Téhéran aurait pris soin de les prévenir 72 heures à l'avance, selon son ministre des Affaires étrangères. Dès le 10 avril, Washington prévenait du risque imminent d'une "attaque massive" iranienne visant Israël. Le bilan de ces attaques de la République islamique est donc moindre par rapport à ce qui était attendu. Une jeune fille a toutefois été grièvement blessée par des éclats d'obus, selon Daniel Hagari, un porte-parole de Tsahal, et admise en soins intensifs. 

Par ailleurs, "des dégâts mineurs" ont été constatés par Israël sur une base aérienne de l'armée, celle de Nevatim située dans le désert du Néguev. Touchée par des tirs, comme on peut le voir sur ces images, la base reste cependant opérationnelle. "Des missiles balistiques, seul un petit nombre… à un chiffre… sont tombés dans la base et aux alentours", a indiqué le porte-parole, lors d'un point presse, assurant qu'il s'agissait d'un "coup direct avec des dégâts mineurs qui ne change rien au fonctionnement de la base". De son côté, un responsable iranien a assuré que la base de Nevatim était bien la cible privilégiée lors de ces attaques.

Cette attaque menée par Téhéran est intervenue en réponse à la destruction de son consulat à Damas (Syrie) le 1ᵉʳ avril, attribuée à Israël. La République islamique a prévenu que "l'affaire était close" avant même le lever du jour, sauf si Israël comptait répliquer à son tour.  


C.Q

Tout
TF1 Info