Copenhague : des centaines de personnes rendent hommage aux victimes de la fusillade

M.L (avec AFP)
Publié le 6 juillet 2022 à 9h10
JT Perso

Source : JT 20h WE

Une large foule s'est rassemblée mardi devant le centre commercial de Copenhague où une fusillade a fait trois morts, dimanche.
La Première ministre danoise, Mette Frederiksen, a présenté son hommage aux victimes, ainsi que d'autres personnalités politiques.
Parmi les participants, certains avaient assisté à l'attaque.

"Cruel, injuste et insensé. Ce soir, nous pleurons tous". Mardi 5 juillet, la Première ministre danoise, Mette Frederiksen, s'adressait à une foule massée devant le complexe commercial Fields, situé entre le centre de Copenhague et son aéroport. Des milliers de personnes ont rendu hommage aux victimes d'une fusillade survenue ce week-end dans ce centre de la capitale danoise qui a fait trois morts, dont deux adolescents, et 27 blessés.

"Trois vies nous ont été enlevées. Celles d'un homme et de deux jeunes gens. Plusieurs personnes ont été blessées, l'attaque a fait de nombreuses victimes", a déclaré la cheffe du gouvernement, appelant à l'unité face à la tragédie. L'attaque, survenue dimanche en fin d'après-midi, a causé la mort d'un Russe de 46 ans habitant au Danemark et de deux Danois de 17 ans, un jeune garçon et une jeune fille. Elle a suscité une vive émotion au Danemark, au sortir d'un week-end estival marqué par le passage inédit du Tour de France et le grand retour du festival de rock géant de Roskilde, après des annulations dues à la pandémie de Covid-19.

"Et si ça avait été mon enfant ?"

"Ce n'est pas difficile à imaginer : 'Et si ça avait été mon enfant ?' Je suis la mère de deux adolescents", s'est exclamée aussi Sophie Andersen, la maire de Copenhague, dans une allocution suivie d'une minute de silence. "Les enfants et les jeunes gens ne devraient pas mourir. Ils devraient être immortels", a-t-elle ajouté. Le prince héritier du Danemark, Frederik, était également présent à la cérémonie, durant laquelle les discours ont été entrecoupés de prestations musicales. La foule comptait de nombreux jeunes et familles, dont certains étaient en pleurs. 

"Une belle commémoration sur fond de tristesse", a tweeté la police de la ville, en légende de deux photos qui laissent apercevoir des centaines de personnes massées devant une scène, au pied de la façade vitrée du centre commercial. "Mer de fleurs au Fields à Copenhague, la police nous a laissé déposer des fleurs près de la porte où la fusillade a eu lieu pour honorer la mémoire" des victimes, écrit aussi sur le réseau social une internaute, joignant à son message des photos de nombreux bouquets émaillés de lettres et de messages.

"Mes sentiments sont assez ambivalents. Bien sûr, c'est agréable de voir tous ces gens qui sont ici pour soutenir les personnes qui ont été blessées par cet acte, mais j'ai aussi un peu peur", a commenté auprès de l'AFP Oliver Stoltz, qui travaille dans un magasin d'articles de sport à l'intérieur du centre commercial. Cet homme de 24 ans a assisté au début de la fusillade, entendant les premiers coups de feu retentir. "C'était un endroit où je pouvais aller travailler, être heureux et passer un bon moment. Maintenant, je redoute même de venir ici, dans cette partie de la ville", dit-il.

Car si la capitale danoise n'a pas échappé, ces dernières années, aux attentats, notamment djihadistes, un carnage dans un centre commercial a été un choc pour beaucoup. "Ça n'arrive pas au Danemark ce genre de choses, ça se passe aux États-Unis", a ainsi réagi Susanne Bulöw, une riveraine de 65 ans.

Le Tour de France, de retour sur le territoire français, a quant à lui rendu hommage aux victimes par une minute d'applaudissements avant le départ de la quatrième étape. D'après le journal britannique The Guardian, la plus grande chaîne de cinéma du Danemark, Nordisk Film Biografer, a également gardé toutes ses salles fermées parce que l'un des deux adolescents tués dans l'attaque était employé du cinéma du centre commercial.

Lire aussi

L'auteur présumé de l'attaque, un Danois de 22 ans qui a, selon les autorités, des antécédents psychiatriques, a été placé en détention provisoire pour meurtres lundi. En raison des interrogations sur son état mental, le juge a décidé qu'il serait détenu dans une unité psychiatrique. La police a prévenu mardi ne pas avoir de nouvelles informations à communiquer sur l'enquête.

Le mobile de la fusillade reste flou, mais la police a dit ne pas avoir d'éléments laissant penser à "un acte terroriste" ou ayant eu des cibles spécifiques. Sa principale hypothèse est que les victimes ont été choisies "au hasard". L'assaillant est poursuivi pour trois meurtres, mais aussi pour sept tentatives de meurtre : quatre des personnes atteintes par les tirs ont été grièvement blessées mais sont dans un état stable, trois autres personnes ont été légèrement blessées. Fermé depuis l'attaque, le centre commercial Fields devrait rouvrir le 11 juillet.


M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info