Corée du Sud : le procès du ferry s'ouvre dans un climat d'extrême tension

Le service METRONEWS
Publié le 10 juin 2014 à 17h35
Corée du Sud : le procès du ferry s'ouvre dans un climat d'extrême tension

PROCES – Le 16 avril dernier, le ferry Sewol sombrait au large de la Corée du Sud avec à son bord plus de trois cent lycéens. C'est dans un climat d'extrême tension que s'est ouvert ce mardi le procès de l'équipage, en présence des familles qui exigent vérité et sévérité.

Aucun avocat n'a accepté de défendre les hommes les plus détestés du pays. Ce sont finalement six novices, commis d'office, qui ont hérité de la lourde tâche. Le procès du capitaine et de 14 autres membres d'équipage du ferry sud-coréen le Sewol, qui a sombré en mer le 16 avril, s'est ouvert mardi à Gwangju, dans le sud du pays. C'est sous les cris et les appels à la mise à mort que le capitaine Lee Joon-Seok et quatorze de ses hommes sont apparus au tribunal, menottés et en tenue de prisonniers. Même tension à l'intérieur du tribunal, où la tension fut telle que le président de la cour a dû menacer de suspendre l'audience pour obtenir le retour au calme.

Le navire transportait 476 personnes, dont 325 lycéens en voyage scolaire , lorsqu'il a chaviré et sombré au large des côtes méridionales de la Corée du Sud. Près de deux mois après, le bilan s'établit à 172 rescapés, 292 morts et 12 disparus, faisant de ce drame une des pires tragédies qu'a connues le pays , devenue un véritable scandale d'Etat ( le Premier ministre a été contraint de démissionner ). L'enquête a rapidement révélé l'incompétence de l'équipage et le laxisme à l'égard des règles de sécurité. La plupart n'auraient même pas reçu les formations règlementaires. Des erreurs fatales : ce 16 avril, le navire a chaviré en raison d'une charge deux fois supérieure au niveau recommandé.

"Homicide par négligence", un crime grave en Corée du Sud

En outre, des vidéos tournées par les lycéens à l'intérieur du ferry font entendre les consignes de l'équipage ordonnant de façon répétée aux passagers de rester dans leurs cabines, puis de gagner les ponts supérieurs pour évacuer. Trop tard. Les plongeurs ont retrouvé des dizaines de jeunes, équipés de gilets de sauvetage, noyés dans l'épave. Le capitaine et son équipage, quant à eux, ont été filmés en train d' évacuer le navire. Des images insoutenables pour les familles des victimes , qui réclament désormais justice, et vengeance.

L'officier et trois membres d'équipage comparaissent pour "homicide par négligence". Un crime classé dans le code pénal sud-coréen entre le meurtre et l'homicide involontaire, passible de la peine de mort dans le pays. Les exécutions y sont cependant suspendues depuis 1997. L'opinion, elle, a déjà rendu son verdict.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info