Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Coronavirus : en Pologne, de la vodka de contrebande reconvertie en désinfectant

La rédaction de LCI
Publié le 20 mars 2020 à 23h44, mis à jour le 20 mars 2020 à 23h54
Des litres de vodka de contrebande vont être donnés aux hôpitaux et aux services publics.

Des litres de vodka de contrebande vont être donnés aux hôpitaux et aux services publics.

Source : ISTOCK \ Artem Ermilov

RECYCLAGE - En Pologne, près d'un demi-million de litres de vodka de contrebande et d'alcool pur produit illégalement pourront désormais être utilisés comme désinfectant dans la lutte contre le coronavirus (Covid-19).

Dans la bataille contre la pandémie de Covid-19 due au coronavirus, tous les moyens sont bons, même s'ils peuvent parfois sembler incongrus. Ainsi, 430.000 litres de vodka de contrebande et d'alcool pur, stupéfiant butin issu de produits saisis ou confisqués, que conservent les services des douanes et du fisc polonais. Des preuves qui, au lieu d’être détruites, comme c’est le cas actuellement, vont être mises à profit dans la lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19).

La décision a été annoncée ce vendredi 16 mars par le parquet national. Des milliers de litres ont d'ores et déjà été remis à des services publics ou des hôpitaux pour servir à la désinfection de leur locaux et des bâtiments, a-t-il précisé. 

Coronavirus : le point sur l'évolution de l'épidémie dans le mondeSource : JT 20h Semaine

De l'alcool pur pour les pompiers

Parmi eux, les pompiers d'Olsztyn, dans le nord-est de la Pologne, qui ont reçu 1.000 litres d'alcool pur, tandis que trois hôpitaux, deux à Olsztyn et un à Elblag, en ont reçu au total 2.500 litres, a indiqué Marta Rosiak, porte-parole de l'administration des douanes de cette région. Une opération de grande envergure qui va se poursuivre dans les prochains jours au profit également de la police, des gardes frontières et de l'administration publique, ont fait savoir les autorités.

Des distilleries clandestines sont fréquemment démantelées en Pologne, notamment dans le nord-est du pays. Ces usines de fabrication, artisanales ou industrielles, produisent ce qu’on appelle du "bimber" une vodka artisanale populaire dans les campagnes et nettement moins coûteuse que leur équivalent produit légalement. 

Jeudi 19 mars, le bilan était de 5 morts et plus de 500 hospitalisations en Pologne.


La rédaction de LCI