Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Malgré une forte hausse des contaminations, la Russie amorce son déconfinement

Publié le 12 mai 2020 à 20h32
Malgré une forte hausse des contaminations, la Russie amorce son déconfinement

Source : Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

CORONAVIRUS - Avec 232.243 cas depuis le début de l'épidémie, la Russie est désormais le deuxième pays au monde en terme de contaminations. Cela ne l'empêche pas de tenter un déconfinement, au cas par cas.

C'est un cas diagnostiqué parmi tant d'autres, mais qui illustre l'ampleur de l'épidémie qui sévit actuellement en Russie. Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine, a annoncé ce mardi souffrir du Covid-19. Comme lui, ils sont des milliers à se battre contre le virus dans le pays, devenu l'un des foyers mondiaux de l'épidémie.

Avec 232.243 cas recensés à ce jour, dont 10.899 annoncés mardi, la Russie est effet désormais le deuxième pays au monde le plus touché. Loin derrière les Etats-Unis mais devant l'Espagne et le Royaume-Uni. Rapporté au nombre des cas, celui des morts - 2.116 au total ce mardi - demeure cependant faible, loin des niveaux rencontrés en Italie, en France et en Allemagne. Atteinte par l'épidémie après l'Europe occidentale, la Russie assure que si la mortalité est inférieure chez elle, c'est qu'outre le dépistage, elle a ordonné dès mars le confinement des voyageurs en provenance de pays touchés ainsi que des populations à risque, et réorganisé son système hospitalier. Elle a aussi confiné à domicile les populations à risques, notamment les personnes âgées.

Lire aussi

Début d'un prudent déconfinement

Des critiques jugent néanmoins que la mort de plusieurs milliers de personnes n'a pas été prise en compte, soupçonnant les autorités d'attribuer à d'autres pathologies des décès de malades du Covid-19. "Nous ne manipulons pas les statistiques officielles", a répliqué la vice-Première ministre en charge du dossier, Tatiana Golikova.

Dans ce contexte, Vladimir Poutine a ordonné un déconfinement régionalisé, "pas à pas" en fonction de la situation épidémiologique. A Moscou, principal foyer de l'épidémie, un confinement quasi-général reste en vigueur, même si ce mardi, un demi-million d'ouvriers d'industries et du bâtiment ont eu le droit de retourner au travail pour la première fois depuis fin mars. Le port du masque et des gants de protection est désormais obligatoire dans les transports publics et les supermarchés. 

Au Bachkortostan (Oural), le dirigeant régional Radi Khabirov a annoncé la réouverture diurne "des rives, quais et parcs". Magadan, en Extrême-Orient, a pour sa part autorisé les activités sportives individuelles en extérieur. Le président a également appelé à la relance de la machine économique qui a souffert, comme ailleurs, du confinement mais aussi de la chute des prix du pétrole. "Partout où c'est possible, il faut créer les conditions de la reprise des activités", a-t-il dit, citant notamment le bâtiment, l'industrie, l'agriculture et l'énergie. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info