Corruption au Parlement européen : quatre personnes toujours en détention

ER avec AFP
Publié le 28 décembre 2022 à 8h46

Source : JT 20h WE

La justice belge a prononcé le maintien en détention provisoire de deux personnes inculpées dans une enquête pour corruption au Parlement européen.
Le Qatar est soupçonné d'avoir corrompu plusieurs personnalités pour influencer leurs décisions politiques.

Maintenus en détention pour l'affaire de corruption impliquant le Qatar. La justice belge a acté le 27 décembre le maintien en détention provisoire d'un dirigeant d'ONG et d'un ex-eurodéputé socialiste, l'Italien Pier-Antonio Panzeri. Ils avaient été arrêtés le 9 décembre en même temps qu'une vice-présidente de l'institution, l'eurodéputée socialiste grecque Eva Kaili, et le compagnon de celle-ci, l'assistant parlementaire italien Francesco Giorgi.

Tous les suspects de l'affaire maintenus en détention

La chambre du conseil de Bruxelles avait déjà décidé de maintenir en détention provisoire de Pier-Antonio Panzeri et Francesco Giorgi le 14 décembre, puis pris la même décision concernant la Vice-présidente Eva Kaili le 22 décembre. La libération sous bracelet du quatrième protagoniste, Niccolo Figa-Talamanca, un Italien responsable de l'ONG "No Peace Without Justice", avait été suspendue par le parquet fédéral et remplacé par une prolongation de détention. 

Ces quatre personnalités sont inculpées pour "appartenance à une organisation criminelle", "blanchiment d'argent" et "corruption". Ils sont accusés d'avoir reçu de l'argent du Qatar pour influencer leurs décisions politiques et leurs discours en faveur de celui-ci. Le scandale a provoqué une énorme onde de choc au Parlement européen et des tensions entre le Qatar et l'UE. En Belgique, l'enquête a donné lieu à 20 perquisitions entre le 9 et le 12 décembre, y compris au sein du Parlement européen, dans le bureau d'autres députés et assistants parlementaires. Au total, les enquêteurs belges ont mis la main sur 1,5 million d'euros en liquide, d'après une source judiciaire.

Plus d'un million en cash et un terrain sur une île grecque

Plus de 600.000 euros ont été saisis au domicile de Pier-Antonio Panzeri, qui avait fondé en 2019 à Bruxelles, à l'issue de ses mandats d'eurodéputé, l'ONG Fight Impunity. Son épouse et sa fille, ciblées par un mandat d'arrêt européen, ont été interpellées en Italie, où elles contestent en justice leur remise à la Belgique. 

Déchue mi-décembre de son titre de vice-présidente du Parlement européen, Eva Kaili ne cesse de nier avoir reçu de l'argent du Qatar. Son avocat accuse son ex-compagnon M. Giorgi d'avoir "trahi la confiance" de sa compagne. Selon une source judiciaire de l'AFP, des sacs remplis de billets de banque d'une valeur de 150.000 euros ont été découverts dans l'appartement bruxellois de Mme Kaili, et son père a été surpris avec une valise contenant 750.000 euros en espèces. En Grèce, un compte bancaire commun du couple a été saisi par la justice, ainsi qu'un terrain de 7.000 m2 sur l'île de Paros acheté via ce compte. Une enquête a également été ouverte par le parquet financier d'Athènes.

Sur le plan diplomatique, le scandale ébranle la relation entre l'UE et le Qatar, qui a prévenu d'un possible "impact négatif" sur l'approvisionnement en gaz. L'émirat, qui "rejette fermement" les accusations, a protesté contre un vote intervenu le 15 décembre au Parlement européen qui vise à suspendre l'accès "des représentants d'intérêts qatariens" le temps de l'enquête.


ER avec AFP

Tout
TF1 Info