Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Le variant indien détecté dans "au moins 17 pays", selon l'OMS

La rédaction de LCI
Publié le 28 avril 2021 à 8h02
JT Perso

Source : TF1 Info

PROPAGATION - Alors que l'Inde est en proie à une nouvelle vague épidémique hors de contrôle, en partie provoquée par le variant dit "indien", celui-ci a été retrouvé dans "au moins 17 pays", dont la Belgique, a indiqué l'OMS mardi.

La France échappera-t-elle au variant dit "indien" ? Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le variant B.1.617 a été détecté dans plus de 1200 séquences de génome, dans "au moins 17 pays". "La plupart des séquences téléchargées sur la base de données GISAID (Global Initiative on Sharing Avian Influenza Data, une base de données mondiale qui compile des séquences génétiques de la grippe et du coronavirus, ndlr.) viennent d'Inde, du Royaume-Uni, des États-Unis et de Singapour", a déclaré mardi l'OMS dans son compte-rendu hebdomadaire sur la pandémie. Mais ces derniers jours, le variant a aussi été signalé dans plusieurs pays européens tels que la Belgique, la Suisse, la Grèce et l'Italie.

Un variant dont la plus grande contagiosité n'est pas encore confirmée

La modélisation préliminaire de l'OMS, basée sur les séquences soumises au GISAID, indique que "le B.1.617 a un taux de croissance plus élevé que les autres variants en circulation en Inde, ce qui suggère une plus grande contagiosité". Mais cette dernière caractéristique n'a pas encore confirmée. Ainsi, l''OMS a récemment choisi de classifier ce variant comme un "variant d'intérêt" et non pas "un variant préoccupant", ce qui indiquerait qu'il est plus dangereux (plus grande contagiosité, plus mortelle et capable d'échapper aux immunisations vaccinales). "D'autres conduites" peuvent aussi être à l'origine de la recrudescence des cas en Inde, avance l'OMS dans son rapport, comme le non-respect des restrictions sanitaires et les rassemblements de masse.

Car malgré la pandémie, le pays a continué, ces dernières semaines, d'organiser des élections dans différentes régions, accompagnées de la tenue de meetings électoraux dans le courant du mois de mars. Le septième tour des élections dans l'Ouest-Bengale a même organisé lundi 26 avril, comme le rapporte le Times of India, alors que le pays avait battu la veille le record mondial du nombre de cas en une journée, 349.691 nouvelles contaminations ayant été recensées. Ce record a à nouveau été battu lundi, avec 352.991 nouveaux cas et un record national de 2812 décès. Mi-avril, le festival religieux hindou Kumbh Mela, qui se déroule depuis janvier dans le nord de l'Inde, avait également attiré 4,6 millions en l'espace de deux jours à Haridwar, capitale de l'État de l'Uttarakhand. Lors de ce pèlerinage, les Hindous sont invités à se baigner dans le Gange pour se laver de leurs péchés. À cette occasion, peu de pèlerins portaient le masque, tandis que la distanciation sociale était bien difficile à respecter.

Pour l'OMS, "des recherches supplémentaires" notamment sur la contagiosité, la sévérité et le risque d'une réinfection du variant indien "sont (...) urgemment nécessaires" pour comprendre le rôle qu'il joue dans la crise sanitaire en Inde.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info