Covid-19 : le défi de la vaccination

Les États-Unis vont fournir 60 millions de doses du vaccin AstraZeneca à d'autres pays

Maxence GEVIN avec AFP
Publié le 27 avril 2021 à 12h36
Les États-Unis planchent sur un plan pour exporter dans d'autres pays 60 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca

Les États-Unis planchent sur un plan pour exporter dans d'autres pays 60 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca

Source : Tiziana FABI / AFP

SOLIDARITÉ - Les États-Unis ont annoncé lundi qu'ils allaient fournir à d'autres pays 60 millions de doses du vaccin AstraZeneca.

C'est un premier pas vers la fin de l'inégalité vaccinale dans le monde. Les États-Unis vont fournir à d'autres pays 60 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca, a annoncé lundi Andy Slavitt, conseiller de la Maison Blanche pour la lutte contre le Covid-19. "Les États-Unis vont débloquer 60 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca au bénéfice d'autres pays au fur et à mesure qu'elles seront disponibles", a-t-il indiqué sur Twitter. 

Cette mesure n'en est, toutefois, encore qu'au stade de "la planification", a précisé la porte-parole de la présidence, Jen Psaki. "Avant que les doses d'AstraZeneca ne soient envoyées depuis les États-Unis, la FDA (l'Agence des médicaments américaine, NDLR) confirmera que ces doses répondent aux exigences de qualité", a-t-il ajouté. 

Des détails seront dévoilés "dans un futur proche", que ce soit sur le calendrier ou les bénéficiaires. Aucun engagement de livraison n'a été pris pour le moment vis-à-vis d'un ou plusieurs pays. Pour commencer, la FDA devrait examiner "dans les semaines qui viennent" un lot d'"environ 10 millions de doses". Par ailleurs, les 50 millions de doses restantes sont à "différentes étapes de production, et elles pourraient être finalisées par étapes durant les mois de mai et juin". Elles pourraient être envoyées à l'étranger dans la foulée. 

Faire taire les critiques

Le pays s'était, jusque-là, refuser à exporter le précieux sérum, faisant naître de nombreuses critiques. Elles s'étaient d'ailleurs intensifiées ces derniers jours dans un contexte où l'Inde se retrouve confrontée à une vague épidémique particulièrement violente. Les détracteurs reprochaient notamment aux Américains d'accumuler des doses du vaccin du laboratoire anglo-suédois sans s'en servir, n'ayant pas encore reçu le feu vert des autorités sanitaires locales. "À l'heure actuelle, il n'y en a encore que très peu de disponibles. Aucun temps n'a vraiment été perdu", a réfuté la Maison Blanche.  

Trois vaccins contre le Covid-19 ont été autorisés par les autorités sanitaires américaines : ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson. Le pays prévoit d'avoir assez de doses pour vacciner tous les adultes avec ces trois là.

Lire aussi

À l'heure actuelle, la couverture vaccinale contre le Covid-19 est encore très disparate dans le monde, les pays pauvres et en développement peinant à se procurer des doses. Selon l'OMS, si dans certains pays riches, un quart de la population est vaccinée, cela chute à une personne sur 500 dans des pays pauvres.


Maxence GEVIN avec AFP

Sur le
même thème