Covid-19 : le défi de la vaccination

Pourquoi l’Allemagne vaccine-t-elle plus vite que la France ?

Caroline Quevrain
Publié le 5 mai 2021 à 15h33, mis à jour le 6 mai 2021 à 1h16
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

VACCINATION – Depuis avril, l’Allemagne a distancié la France dans le rythme de sa vaccination. À ce jour, 24,5 millions d’Allemands ont reçu au moins une première dose de vaccin contre le Covid-19, contre 16,4 millions de Français.

Difficile d'échapper au jeu des comparaisons quand toute l'Europe fait la course à la vaccination. Et celle entre la France et l’Allemagne est récurrente depuis le 27 décembre dernier, date du lancement de la campagne sur le continent. Malgré des débuts balbutiants, la France avait rattrapé son retard sur son voisin et l’avait même dépassé en mars. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Depuis le début du mois d’avril, le rythme de la vaccination de l'autre côté du Rhin, à tel point que l’écart s’est creusé à partir du week-end de Pâques, le 22 avril dernier. 

Les chiffres quotidiens le démontrent d’ailleurs sans peine. Mardi 4 mai, 813.290 doses de vaccin avaient été administrées en 24 heures en Allemagne, contre 546.907 en France. Avec 668.485 injections réalisées chaque jour, la moyenne allemande est de quasiment 8 personnes vaccinées chaque seconde, se félicite d’ailleurs le ministère de la Santé. S’agissant du nombre total de primo-vaccinés allemands et français, là encore, l’écart est grand. 24,5 millions de personnes ont reçu au moins une dose de vaccin en Allemagne, selon le dernier bilan du 4 mai, dont 6,9 millions qui ont reçu les deux injections. En France, 16,4 millions de personnes ont pu bénéficier d’une dose, dont 6,9 millions les deux. Que l'Allemagne soit près de 25% plus peuplée que la France ne permet pas de relativiser cet écart, de 50% en faveur de l'outre-Rhin.

Nombre total de doses de vaccin administrées en Allemagne et en France, depuis le début de la campagne de vaccination. - Our World in Data (capture écran)

Comment se fait-il que l’Allemagne, qui propose les mêmes vaccins et peu ou prou les mêmes règles de priorisation par tranches d'âge, ait largement dépassé la France ? L’accélération donnée à partir du week-end de Pâques s’explique d’abord par un choix politique : celui de la région de Berlin de proposer le vaccin AstraZeneca à l’ensemble de la population à compter du 22 avril. Quatre autres länder - la Bavière, la Hesse, la Saxe et le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale - lui ont rapidement emboité le pas en supprimant la limite d’âge pour ce vaccin, malgré les recommandations actuelles du ministère fédéral de la Santé de ne le prescrire qu’aux plus âgés. 

"En raison de plusieurs cas de thrombose veineuse cérébrale chez des personnes vaccinées plus jeunes, la Commission permanente de vaccination a émis un projet de recommandation selon lequel le vaccin d'AstraZeneca (AZ) doit être principalement utilisé chez les personnes de plus de 60 ans. Si vous êtes plus jeune, vous pouvez toujours être vacciné avec AZ à votre demande et après des informations détaillées", indique encore le ministère. Cet élargissement dans 5 des 16 länder allemands a provoqué une ruée chez les médecins généralistes, comme à Berlin d’après Libération, ces derniers étant les seuls habilités à administrer ce vaccin aux moins de 60 ans. En France, le vaccin reste prescrit uniquement aux plus de 55 ans et aucune dérogation n’est envisagée au niveau local.

Lire aussi

Ensuite, si la campagne s’est élargie en France aux personnes majeures en situation d’obésité par exemple, elle reste plus restreinte qu’en Allemagne. En effet, les professions éligibles à la vaccination sont plus nombreuses outre-Rhin et ne sont pas assorties d’une limite d’âge comme en France, où les professeurs, les policiers, les caissiers ou les chauffeurs VTC peuvent se faire vacciner contre le Covid seulement à partir de 55 ans. Ainsi, les enseignants, les policiers ou encore les militaires allemands sont considérés comme prioritaires, peu importe leur âge. Si la campagne de vaccination se situe entre les groupes de priorité 2 et 3 selon les länder, et donc n’est ouverte qu’aux plus de 70 ans ou de 60 ans, les règles sont plus souples concernant les autres catégories vulnérables. Par exemple, les deux "personnes contact" d’une femme enceinte peuvent se faire vacciner, sur simple désignation de cette dernière. L’ouverture de la vaccination à l’ensemble de la population adulte devrait intervenir "en juin au plus tard", a promis la chancelière Angela Merkel. En France, elle est d’ores et déjà fixée au 15 juin.


Caroline Quevrain

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info