Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Covid-19 : des laborantins de Wuhan tombés malades dès novembre 2019 ? La Chine dément

Y.R
Publié le 24 mai 2021 à 17h11, mis à jour le 24 mai 2021 à 21h49
Covid-19 : des laborantins de Wuhan tombés malades dès novembre 2019 ? La Chine dément

Source : HECTOR RETAMAL / AFP

ORIGINE - Alors que la Chine a déclaré ses premiers cas de coronavirus en décembre 2019, le Wall Street Journal, citant un rapport des services de renseignements américain, a relancé la thèse d'une fuite du laboratoire de Wuhan. Trois scientifiques auraient présenté des symptômes, dès novembre, avant le début de la pandémie. La Chine a apporté un démenti lundi.

Que s'est-il vraiment passé à Wuhan ? Un an et demi après l'apparition des premiers cas de Covid-19, le mystère entourant l'origine du virus n'est toujours pas résolu. Le 29 mars dernier, un rapport produit par l'OMS, après une enquête en Chine et des investigations encadrées par Pékin, écartait l'hypothèse "extrêmement improbable" d'une fuite d'un laboratoire. Les experts privilégiaient une transmission du virus à l'homme par l'intermédiaire d'un animal infecté par une chauve-souris. Des conclusions sur l'origine du coronavirus balayées, dimanche 23 mai, par les révélations du Wall Street Journal

Le WSJ s'est fait l'écho d'un rapport des services de renseignement américain. Selon le document, trois laborantins de l'Institut de virologie de Wuhan seraient tombés malades en novembre 2019. Leur état aurait nécessité des hospitalisations. "Les informations que nous avions provenant des différentes sources étaient d'une qualité extrême. C'était très précis. Ce qu'il ne nous a pas dit, c'est exactement pourquoi ils sont tombés malades", a déclaré une source proche du rapport, citée par le journal.

Ces révélations du nombre de chercheurs concernés, du moment de leur maladie et de leurs visites à l'hôpital recoupent des données fournies par l'administration Trump dans ses derniers jours. Le rapport indiquait que des scientifiques auraient présenté, à l'automne 2019, des symptômes compatibles à la fois "avec le Covid-19 et une maladie saisonnière commune". Une concordance des temps qui interroge aux États-Unis où, à l'instar de nombreux autres pays, une enquête indépendante plus complète est réclamée pour déterminer si le virus pourrait s'être échappé du laboratoire P4. La Chine, qui a toujours nié cette possibilité, n'a déclaré ses premiers cas de coronavirus à Wuhan, à proximité du marché, qu'au mois de décembre 2019.

"Wuhan files" : comment la Chine aurait tenté de minimiser la crise du Covid-19Source : TF1 Info
JT Perso

La Chine dément la théorie des fuites en laboratoire

Invité à commenter les informations du WSJ, le ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian a démenti ces allégations parues dans la presse. "Les États-Unis continuent de faire du battage sur la théorie des fuites en laboratoire", a dénoncé le chef de la diplomatie. "Sont-ils vraiment préoccupés par la recherche de la source ou par le fait d'essayer de détourner l'attention ?".

L'administration Biden, elle, s'est gardée de réagir, déclarant que toutes les théories techniquement crédibles devraient être étudiées par l'OMS et des experts internationaux. "Nous continuons d'avoir de sérieuses questions sur les premiers jours de la pandémie de Covid-19, y compris ses origines en Chine", a reconnu une porte-parole du Conseil national de sécurité (NSC), qui dépend directement du président des États-Unis Joe Biden. "Nous n'allons pas faire des déclarations qui préjugent d'une étude en cours de l'OMS sur la source du SRAS-CoV-2. Par principe, nous ne commentons jamais les questions de renseignement."


Y.R

Tout
TF1 Info