Covid-19 : la propagation fulgurante du variant Omicron

Covid-19 : la France n'est pas le seul pays où l'on "emmerde" les non-vaccinés

FS
Publié le 8 janvier 2022 à 17h16
JT Perso

Source : JT 20h WE

PRESSION - Le pass vaccinal est la forme choisie par l'exécutif pour inciter à la vaccination. Des dispositifs analogues existent dans d'autres pays, mais plusieurs ont pris des mesures différentes contre les "non-vaccinés", parfois insolites, et parfois radicales. Petit tour d'horizon.

Le projet de loi instaurant le pass vaccinal sera examiné à partir de ce lundi au Sénat et des manifestations sont organisées dans plusieurs villes de France contre son adoption. Les "non-vaccinés" sont la cible des stratégies de nombreux pays qui ont tablé sur le vaccin pour sortir de la pandémie ou atténuer son impact sur les services hospitaliers. 

Si la récente déclaration d'Emmanuel Macron a hérissé une partie de l'opinion, la France n'est pas le seul pays où on "emmerde" les vaccinés - même si on le formule autrement. Passage en revue des mesures les plus radicales ou les plus frappantes.

Autriche : le choix de la vaccination obligatoire

L'Autriche deviendra début février le premier pays à introduire l'obligation vaccinale... même si sa mise en œuvre technique ne sera probablement pas possible avant le mois d'avril au plus tôt. Le statut de "non-vacciné" était déjà lourdement pénalisé, puisque le confinement autrichien n'a été levé le 12 décembre dernier que pour les personnes vaccinées ou guéries du Covid-19. Les Autrichiens qui n'ont pas un schéma vaccinal complet sont, eux, toujours privés de sortie. 

L'Italie va de son côté instaurer une obligation vaccinale pour les personnes de plus de 50 ans à partir du 15 février. En Allemagne, malgré une décision de l'exécutif et un consensus politique sur le sujet, le projet de loi ne devrait finalement pas être examiné avant la fin du mois de mars.

Grèce : l'amende à 100 euros par mois

"C’est le prix à payer pour la santé". Fin novembre, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, avait annoncé la mise en place, à partir du 16 janvier prochain, d'une amende de 100 euros pour les plus de 60 ans non-vaccinés contre le Covid-19. "Il s'agit d'une protection, pas d'une punition", avait-il ajouté. Cette sanction financière sera renouvelée tous les mois jusqu'à ce que les intéressés franchissent le pas. À moins de deux semaines de l'entrée en vigueur de cette nouvelle mesure, une équipe de TF1 s'est rendue sur place pour prendre la température.

La Grèce se situe parmi les pays européens avec le taux de couverture vaccinale le plus faible. Seulement 68% de la population a complété son schéma vaccinal. Un chiffre inférieur à la moyenne de l'Union Européenne (69%). Plus de 21.000 personnes sont décédées depuis le début de la pandémie en Grèce.

Le Canada : suspension des allocations-chômage

Depuis le 2 janvier, le Canada a suspendu l'octroi de l'allocation-chômage (appelée "assurance-emploi" localement) pour les chômeurs qui perdent leur emploi à la suite de leur refus de se faire vacciner - que l'employeur devra désormais spécifier dans les motifs de licenciement. Un passeport vaccinal très incitatif est déjà en vigueur au Canada, et les autorités provinciales peuvent durcir localement les règles, en étendant son usage par exemple. Ainsi le Québec, province canadienne la plus touchée par la vague du variant Omicron, vient d'interdire aux non-vaccinés l'accès aux magasins vendant de l'alcool ou du cannabis. 

Singapour : les non-vaccinés paieront leurs soins

À Singapour, le gouvernement a choisi de taper au portefeuille : les patients non-vaccinés devront s'acquitter eux-mêmes de leurs frais d'hospitalisation. En soins critiques, la facture moyenne par semaine dans un hôpital de Singapour se situe aux environs de 15.000 euros (elle serait proche du double en France), mais les patients peuvent toujours se faire rembourser par des assurances privées. 

Indonésie : restrictions tous azimuts

Si l'Indonésie est le premier pays à avoir instauré l'obligation vaccinale, dès février 2021, force est de constater que le dispositif fonctionne mal : 35% seulement des Indonésiens étaient vaccinés au 1er décembre dernier. Les autorités régionales rivalisent d'ingéniosité administrative pour mettre la pression sur les non-vaccinés.

Dans certaines régions, des habitants se voient refuser la délivrance de leur permis de conduire car non-vaccinés. D'autres districts coupent les aides sociales ou empêchent la réception de courriers nécessaires pour commencer un travail. À Djakarta, les non-vaccinés peuvent recevoir une amende allant jusqu'à 290 euros, alors que le salaire moyen dans la capitale avoisine les 400 euros par mois.

Lire aussi

Pakistan : les non-vaccinés privés d'Internet

Dans la province pakistanaise du Pendjab, depuis juin dernier, ceux qui refusent la vaccination voient les cartes SIM de leurs téléphones bloquées. Une mesure qui n'est pas anecdotique dans ce pays dont l'immense majorité des habitants n'ont accès à Internet que par leurs téléphones portables.


FS

Tout
TF1 Info