Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Origine du Covid : l'OMS appelle à "de plus amples recherches" sur la thèse d'une fuite de laboratoire

Felicia Sideris
Publié le 10 juin 2022 à 9h57, mis à jour le 10 juin 2022 à 11h37
JT Perso

Source : JT 20h WE

Plus de deux ans et demi après son apparition, on ne connait toujours pas l'origine du Covid-19.
L'OMS appelle à "de plus amples recherches" sur la thèse d'un virus issu d'un laboratoire.
Des travaux qui ne pourront être réalisés qu'avec la collaboration active de la Chine.

Depuis deux ans et demi, le monde tâtonne. Malgré toutes les recherches et tous les efforts déployés, les chercheurs n'ont toujours pas trouvé l'origine "naturelle" du Covid-19. Le manque de succès dans cette quête remet sur le devant de la scène une autre piste. Celle du coronavirus accidentellement fuité d'un laboratoire en Chine. De quoi pousser l'OMS à considérer très sérieusement ce scénario, d'après une prise de parole des experts de l'agence ce jeudi 9 juin.

Un scénario parmi d'autres

C'est le "Groupe consultatif scientifique sur les origines des nouveaux agents pathogènes "(SAGO) qui a évoqué à nouveau cette théorie. Composé de 27 experts dans un large spectre de disciplines et nommés par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), il a notamment pour rôle d'enquêter sur les origines de ce virus qui a fait une quinzaine de millions de morts, selon l'agence sanitaire onusienne. 

Or, la piste du virus issu d'un laboratoire mérite à leurs yeux de "plus amples recherches". S'ils insistent sur l'absence pour l'heure de preuves définitives sur l'origine de la pandémie - quel que soit le scénario considéré - cette théorie nécessite des études supplémentaires. Sans être la seule. "Ce n'est pas parce que nous en parlons que nous pensons que c'est l'explication", a ainsi tenu à souligner la présidente de SAGO, Marietjie Venter. Elle estime d'ailleurs que, pour l'heure, "les indices les plus solides pointent vers une zoonose". Raison pour laquelle les experts ont également énuméré un certain nombre de travaux à mener pour poursuivre les recherches sur la théorie d'un passage du virus de la chauve-souris à l'Homme. 

Après plus de deux ans et demi d'épidémie, les choses semblent encore au point mort. Si des progrès ont été réalisés, par exemple sur l'identification des animaux susceptibles de jouer le rôle d'intermédiaire, le "chainon manquant", qui aurait permis le passage du Covid-19 de l'animal à l'humain reste introuvable. "Il manque encore des données clés pour comprendre comment la pandémie de Covid-19 a commencé", du propre aveu du SAGO.

Lire aussi

Pour une théorie comme pour l'autre, manquent donc des informations cruciales... et pas toujours accessibles. Le groupe a ainsi regretté n'avoir eu accès "qu'à des informations mises à sa disposition dans des documents publiés ou des présentations" de scientifiques invités, dont des Chinois, et pas à des données brutes. Or, pour répondre à un certain nombre de requêtes, dressées dans une longue liste de vœux qui détaillent les études supplémentaires nécessaires aux yeux des experts, la collaboration active des autorités chinoises sera nécessaire. Notamment pour répondre au souhait d'accès au laboratoire de Wuhan. Un sujet ultra-sensible. 

Car le débat sur les origines du virus, en plus de diviser la communauté scientifique, a surtout pris une dimension politique qui complique l'enquête. Début 2021, un premier groupe mixte de scientifiques internationaux et chinois avait pu enquêter en Chine après de longues tractations avec les autorités. Mais leurs conclusions avaient provoqué un tollé. Car malgré le manque de données, ils avaient quasiment écarté la thèse du laboratoire.

Pour avancer, le chef de l'agence, Tedros Ddhanom Ghebreyesus, a donc insisté sur l'aspect crucial du travail des scientifiques qui doit être "complètement séparé de la politique". "Nous allons continuer à travailler avec nos collègues en Chine pour voir comment nous pouvons avancer sur chacune des études qui ont été recommandées" dans le rapport, a pour sa part assuré Maria van Kerkhove, qui supervise la lutte contre le Covid-19 à l'OMS.

Experts de l'OMS à Wuhan : une inspection pour rien ?Source : JT 20h WE
JT Perso

Rien de nouveau ni de conclusif dans les prises de parole des membres du SAGO, qui appellent simplement à avoir "l'esprit ouvert et couvrir toutes les hypothèses". D'ailleurs, "ce rapport préliminaire n'est pas destiné à apporter des conclusions définitives sur les origines" du virus, du propre aveu des experts.


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info