Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Covid-19 : l'Allemagne commémore ses 80.000 morts avant un nouveau tour de vis

La rédaction de LCI
Publié le 18 avril 2021 à 18h49
La chancelière allemande Angela Merkel allume une obugie lors de la cérémonie d'hommage aux victimes du Covid-19, le 18 avril 2021 au Konzerthausvà Berlin.

La chancelière allemande Angela Merkel allume une obugie lors de la cérémonie d'hommage aux victimes du Covid-19, le 18 avril 2021 au Konzerthausvà Berlin.

Source : Michael Sohn / POOL / AFP

DEUIL - L'Allemagne a organisé ce dimanche un hommage national aux victimes du Covid-19, avant de nouvelles restrictions attendues.

L'Allemagne a rendu ce dimanche un hommage national à ses 80.000 concitoyens morts du Covid-19. "Il est très important de faire une pause pour prendre congé dans la dignité de tous ceux qui sont morts pendant la pandémie, y compris de ceux qui n’ont pas succombé au virus, mais qui sont eux aussi morts dans la solitude", a déclaré le chef de l’État, Frank-Walter Steinmeier, à l’annonce de cette commémoration nationale.

Ce dernier, ainsi que la chancelière, Angela Merkel, ont tout d'abord assisté dans la matinée à une messe dans l’église du Souvenir-de-l’Empereur-Guillaume, lieu emblématique de Berlin consacré à la paix et à la réconciliation. Ils ont ensuite pris part à une cérémonie, laquelle a été retransmise par les télévisions publiques vers 11 heures, à la Konzerthaus, une salle de concerts au centre de Berlin.

Les chefs des 16 régions allemandes ont parallèlement invité la population à déposer symboliquement une bougie à la fenêtre tous les soirs de ce week-end. "Nous voulons prendre conscience de ce que nous avons perdu", ont-ils déclaré dans un appel commun, "mais aussi ensemble retrouver force et espoir".

En France, le temps n'est pas encore à l'hommage et au deuil national, selon le gouvernement

Plusieurs pays ont déjà rendu des hommages nationaux à leurs victimes de la pandémie qui a fait quelque 3 million de morts dans le monde, notamment les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Espagne ou l'Italie. Dans d'autres, comme la France, la question du calendrier pour une telle commémoration, que réclament des associations et des élus, continue à faire débat.

À l'heure actuelle "toutes nos forces sont jetées dans la bataille contre l'épidémie (...) mais viendra évidemment ce moment de l'hommage et du deuil pour la Nation", a assuré cette semaine le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Le 13 avril, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé vouloir "construire un lieu de mémoire active" dans la capitale en hommage aux victimes de la pandémie. Si sa forme doit encore être précisée, il sera le fruit d'un partenariat avec l'institut "Covid-19 Ad memoriam", dont les professeurs Jean-François Delfraissy et Françoise Barré-Sinoussi sont les présidents d'honneur, a précisé la maire PS en ouverture du Conseil de Paris.

Lire aussi

Un nouveau tour de vis attendu

Si le gouvernement français préfère entrevoir le bout du tunnel avant d'organiser un hommage national, l'Allemagne n'a pas attendu d'en arriver là. La commémoration intervient au moment où le pays est durement frappée par la troisième vague de l'épidémie, alors qu'il avait été plutôt épargnée lors de la première au printemps 2020. Le pays comptait ce dimanche 3,14 millions d'infections.

Angela Merkel, qui campe sur une ligne de fermeté, a fait adopter cette semaine par son gouvernement un projet de loi lui permettant d’imposer à l’ensemble du pays un tour de vis, pouvant aller jusqu’à des couvre-feux au niveau local et de nouvelles restrictions des contacts. Jusqu'alors, plusieurs Länder, compétents en matière sanitaire, n'avait pas souhaité appliquer les recommandations de la chancelière, refusant notamment le confinement.

Très critiqué dans les régions allemandes et par des barons de son propre parti conservateur (CDU), le texte doit toutefois encore être approuvé au Parlement. "Le virus ne pardonne pas les demi-mesures, elles ne font que l’aggraver", a prévenu la chancelière vendredi en le défendant.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info