Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"Partygate" au Royaume-Uni : "La démission de Boris Johnson n'est plus qu'une question de jours"

Thomas Guien
Publié le 14 janvier 2022 à 13h41
JT Perso

Source : TF1 Info

INTERVIEW – Déjà accablé par une série de scandales, Boris Johnson a présenté ses excuses mercredi au Parlement pour avoir participé à une fête le 20 mai 2020 dans les jardins de sa résidence officielle. Une "goutte d'eau qui fait déborder le vase", estime pour LCI Patrick Martin-Genier, essayiste et enseignant à Sciences Po Paris.

Boris Johnson dans la tourmente. De nouvelles révélations sur les fêtes tenues au cœur du pouvoir britannique ont terni un peu plus l'image du Premier ministre britannique, désormais ouvertement contesté au sein de sa majorité. La situation s'est encore compliquée jeudi après des révélations du média The Telegraph : une autre fête a eu lieu à Downing Street, toujours en plein confinement et à la veille des funérailles du prince Philip, l'époux de la reine Elizabeth. Et ce, alors que le pays était en deuil national… Forçant, les services du Premier ministre à s'excuser ce vendredi.

"Bojo" va-t-il devoir quitter le pouvoir ? L'éclairage de Patrick Martin-Genier, essayiste et enseignant à Sciences Po Paris et à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO).

Boris Johnson est-il proche d'une démission ?

Il lutte pour sa survie politique. Il avait pu se sortir de ses différents mensonges, de ses infractions aux règles sanitaires, au Brexit… Mais ce qui vient de se produire est très grave. Il y a eu plusieurs réunions, des "garden party" en 2020 durant le confinement. S'il a pu se justifier sur celle du 15 mai, il y a celle du 20 mai où une quarantaine de personnes sont venues avec des bouteilles, des pizzas. Il a été obligé de dire qu'il était présent, et s'en est excusé publiquement. 

II n'empêche : au moment de cette réunion, il y avait une interdiction formelle de sortir au Royaume-Uni pour rencontrer plus d'une personne. Là, son infraction est considérable. Elle est moralement inacceptable. On a vu un député en pleurs, des gens ont perdu leurs proches sans pouvoir aller les voir…. Cela ne passe auprès du peuple britannique. Et, encore ce vendredi matin, on apprend qu'à la veille des obsèques du prince Philip en avril 2021, alors que le pays appliquait encore des règles strictes, il y a eu des dizaines de personnes au 10, Downing Street. Certes, en l'absence de Boris Johnson. Mais cette attitude n'est plus acceptable pour le peuple britannique. On sent que les choses échappent à Boris Johnson. Je crois que sa démission n'est plus qu'une question de jours, il ne peut plus se protéger.

Lire aussi

Hausse d’impôts impopulaires, sauvetage d'un ami député pris en flagrant délit de lobbying, mensonges sur les fêtes à Downing Street… Boris Johnson a-t-il multiplié les faux pas ?

Ces fêtes sont la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Il est aussi accusé de multiples faits de corruption, de prises illégales d'intérêts. Il a aussi voulu protéger un ami parlementaire qui avait fait du lobbying rémunéré…. Il a perdu sa popularité alors qu'il avait confortablement élu en 2019. Aujourd'hui, il n'a plus aucune crédibilité. Son autorité et sa réputation sont fichues.

Les critiques fusent désormais du côté des conservateurs. Ont-ils un intérêt à le voir céder sa place ?

Ils ont peur de perdre la majorité lors des prochaines élections. Selon un sondage YouGov publié jeudi, ils ont 10 points de retard sur le parti travailliste (28 contre 38). Cela rappelle le cas de Margaret Thatcher il y a 30 ans : elle avait remporté les élections mais sa position n'a plus été tenable. Il se passe la même chose pour Boris Johnson. Son parti est très inquiet et pourrait mettre en œuvre une procédure de destitution. 


Thomas Guien

Tout
TF1 Info