Covid-19 : déjà un an de pandémie...

Un accord trouvé pour la mise en place du pass sanitaire à l'échelle européenne

J.V
Publié le 21 mai 2021 à 7h35
Un accord trouvé pour la mise en place du pass sanitaire à l'échelle européenne

Source : kenzo tribouillard / AFP

EUROPE - Les eurodéputés et les États membres ont trouvé un accord sur le certificat sanitaire européen destiné à faciliter les voyages dans l’Union Européenne cet été malgré la pandémie du Covid-19.

Le pass sanitaire a franchi une nouvelle étape. Les eurodéputés et États membres de l’Union Européenne sont parvenus à un accord à son sujet ce jeudi 20 mai. Il devrait entrer en vigueur à partir du 1er juillet dans le but de faciliter les déplacements dans l’Union durant l’été. Il sera au menu du sommet des dirigeants européens, lundi et mardi prochains. Par la suite, l’accord devrait être approuvé par le Parlement européen entre le 7 et le 10 juin. 

Disponible sur son téléphone portable ou bien en version papier, le pass sanitaire disposera d’un QR code qui indiquera que son titulaire a été vacciné, a passé un test PCR ou antigénique ou qu’il est immunisé après avoir été infecté par le Covid-19. 

Covid-19 : le mode d'emploi du pass sanitaireSource : JT 13h Semaine

Les États membres auront l'obligation d'accepter les vaccins autorisés par l'Agence européenne des médicaments mais seront libres d'en accepter d'autres, comme les vaccins russe Spoutnik ou chinois Sinopharm, utilisés en Hongrie notamment.

Un compromis pour des tests "abordables et accessibles"

La question des tests a également été au centre des discussions. Leur gratuité réclamée par les eurodéputés n’a pas été retenue par les Etats membres. Le compromis trouvé acte la nécessité de tests "abordables et accessibles". Dans ce sens, la Commission s’est engagée à mobiliser 100 millions d’euros pour acheter des tests. L'accès à des tests abordables "est important pour tous les Européens qui attendront encore d'être vaccinés dans les semaines et les mois à venir. Eux aussi doivent pouvoir voyager", a souligné le président du groupe Renew Europe, Dacian Ciolos.

Lire aussi

Le Parlement européen avait également demandé que les détenteurs du pass sanitaire ne soient pas concernés par des mesures restrictives, telles qu’une quarantaine, à leur arrivée dans un pays. Mais les Ving-sept ont jugé qu’il s’agissait d’une compétence nationale. Ainsi, le texte prévoit que les États membres "s'abstiennent d'imposer des restrictions de voyage supplémentaires" comme des tests ou quarantaine, "à moins qu'elles ne soient nécessaires et proportionnées pour protéger la santé publique".


J.V

Tout
TF1 Info