Covid-19 : le défi de la vaccination

Omicron : Biden prédit un "hiver de maladie grave et de mort" aux non-vaccinés

La rédaction de LCI
Publié le 17 décembre 2021 à 7h33
JT Perso

Source : TF1 Info

PANDÉMIE - Alors que la flambée des cas de Covid-19 inquiète aux Etats-Unis, la Maison blanche insiste sur la nécessité de relancer la vaccination pour éviter une hausse des hospitalisations.

A la Maison Blanche, le changement de ton est évident. Alors que Joe Biden demandait à ses concitoyens de ne "pas paniquer"  face à l'irruption du variant Omicron il y a quelques semaines encore, le président américain réunissait ce jeudi des journalistes pour "faire passer un message aux Américains" à propos de la pandémie. Cette fois-ci, Joe Biden a averti que ce nouveau variant très contagieux était "là" et allait "se mettre à circuler beaucoup plus rapidement". 

Le président américain a ainsi martelé à plusieurs reprises, la mine grave, qu'il était de la plus haute importance" de recevoir une dose de rappel pour les personnes vaccinées, et de "recevoir la première dose" pour les autres. "La seule vraie protection est de recevoir votre injection", a déclaré Joe Biden, prédisant "un hiver de maladie grave et de mort" pour les personnes non vaccinées.

Marge de manœuvre limitée

L'administration américaine ne prendrait pas, du moins pour l'instant, de mesures restrictives, se concentrant plutôt sur la campagne vaccinale. Au niveau fédéral, le pays le plus endeuillé de la planète par la pandémie (plus de 800 000 morts) la seule restriction adoptée depuis l'apparition du variant Omicron a été la fermeture des frontières aux voyageurs débarquant de certains de pays africains. 

La marge de manœuvre de l'exécutif est réduite, et se heurte aux multiples procédures judiciaires engagées contre les obligations vaccinales qu'il veut imposer aux entreprises publiques et privées.

Les annulations se multiplient à travers le pays

Joe Biden, élu en grande partie sur la promesse de mettre fin à la pandémie, avait dévoilé le 2 décembre un plan censé protéger les Etats-Unis contre une déferlante de cas, d’hospitalisations et de décès. Entre-temps le rythme des contaminations s'est accéléré notamment dans le quart nord-est : le 1er décembre, le nombre de nouveaux cas quotidiens était de 86.000 en moyenne, tandis que le 14 décembre, il était de 117.000. Soit une augmentation de près de 35% en deux semaines. 

Lire aussi

Dans tout le pays, des universités américaines ont d'ores et déjà adapté leur fonctionnement, réinstaurant des cours et des examens en ligne afin d'éviter les contaminations. Des matchs de football ou de basket ont été reportés, des représentations  à Broadway, le quartier new-yorkais des comédies musicales, annulées à cause de cas positifs parmi les troupes.


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info