Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Nouvelle-Zélande : face à la menace du variant Delta, le confinement prolongé jusqu’au 31 août

Publié le 27 août 2021 à 11h41
Nouvelle-Zélande : face à la menace du variant Delta, le confinement prolongé jusqu’au 31 août

Source : Marty MELVILLE / AFP

DURCISSEMENT - La Nouvelle-Zélande prolonge jusqu'au 31 août son confinement, à cause d'un foyer épidémique d'ampleur inédite qui s'est déclaré à Auckland. La ville sera soumise à un confinement encore plus long, a annoncé la Première ministre.

Quelques jours de plus. La Nouvelle-Zélande a prolongé ce vendredi 27 août son confinement national jusqu'au 31 août pour juguler la propagation de cas de Covid-19, dopée par la circulation accrue du variant Delta sur ses deux îles. Cette mesure restera en vigueur plus longtemps à Auckland, grande ville de l'Île du Nord et épicentre de l'épidémie depuis la découverte d'un cas de ce variant beaucoup plus contagieux la semaine passée, mettant fin à six mois sans contamination d'origine locale.

Cette infection a donné naissance au plus grand foyer épidémique du pays depuis le début de la pandémie, avec un total de 347 cas, dont la grande majorité sont recensés dans la ville. Sur la seule journée de vendredi, 70 nouvelles contaminations ont été enregistrées.  

La Première ministre Jacinda Ardern a affirmé qu'Auckland et la région voisine de Northland, devront être confinés au moins deux semaines de plus, et que des barrages de police étaient érigés pour empêcher les déplacements entre cette zone et le reste du pays. Elle a par ailleurs indiqué que des signes laissent présager que l'épidémie atteindra prochainement un pic si le confinement demeure en vigueur : "Nous devrions bientôt atteindre un plateau en termes de nombre de cas", a-t-elle déclaré, avant d'ajouter : "Notre travail consiste à continuer à travailler dur afin d'infléchir, puis d'aplanir, la courbe" des infections.

Le confinement national avait été initialement mis en place le 17 août.  L'archipel entend poursuivre sa stratégie "zéro Covid", qui a consisté pendant 18 mois à fermer les frontières, confiner, tracer et tester les cas contact jusqu'à l'élimination totale du virus sur le territoire, alors que la propagation du variant Delta met à mal l'efficacité d'une politique jusque-là couronnée de succès. À ce jour, seules 26 personnes sont décédées du Covid-19 sur cinq millions d'habitants.

La Première ministre continue de défendre sa stratégie "zéro Covid"

S'appuyant sur ce très faible bilan de l'épidémie, Jacinda Ardern avait défendu jeudi 26 août cette stratégie, estimant que le variant Delta pouvait être éradiqué dans son pays, sur l'avis d'experts. "De leur point de vue, non seulement c'est possible, mais c'est la meilleure stratégie et je suis totalement en accord", avait-elle souligné. 

Pour autant, la pertinence de cette stratégie fait débat dans le pays. Le ministre chargé de la lutte contre le Covid-19, Chris Hipkins, a concédé que la situation sanitaire actuelle soulevait de "grandes questions" sur l'efficacité de cette méthode de lutte contre l'épidémie. En Australie, le Premier ministre Scott Morrison a qualifié cette semaine cette stratégie de "simplement absurde", ajoutant que "la Nouvelle-Zélande ne peut pas y arriver".

Lire aussi

Des critiques qui n'ont pas fait sourciller la Première ministre, qui a assuré ne pas être "troublée" par ces interrogations. "Nous voulions sauver la vie des gens et nous l'avons fait, nous voulions que les gens vivent leur vie de la façon la plus normale que possible, et nous avons eu des périodes de restrictions plus courtes que n'importe quel autre pays", a-t-elle martelé jeudi. Et d'ajouter : "Et nous voulions sauvegarder les emplois et l'économie, avec une économie se tenant à ses niveaux d'avant Covid, nous l'avons fait aussi".

Le taux de vaccination néo-zélandais reste en revanche actuellement parmi les plus bas des pays développés, avec environ 20% de la population entièrement vaccinée. Jacinda Ardern a estimé que des politiques alternatives pourraient être examinées si elles accélèrent le rythme de la campagne, en complément de mesures restrictives. "Personne ne veut avoir recours sans fin à des confinements et ce n'est pas notre intention (...) mais pour le moment, tant que nous vaccinons, l'élimination reste l'objectif et nous pouvons y arriver", a-t-elle assuré.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info