L'info passée au crible
Verif'

Pionnier du pass sanitaire, Israël va-t-il l'abandonner avec Omicron ?

Caroline Quevrain
Publié le 25 janvier 2022 à 18h46
Le green pass en voie d'être supprimé en Israël ? Ici, un marché à Jérsualem en mars 2021.

Le green pass en voie d'être supprimé en Israël ? Ici, un marché à Jérsualem en mars 2021.

Source : EMMANUEL DUNAND / AFP

Face à Omicron, le passeport vert israélien perd en efficacité.
Les contaminations, elles, battent des records dans le pays.
Le comité consultatif israélien a livré ses dernières recommandations.

Ils ont été les pionniers du pass en février 2021 et ils pourraient bien le supprimer un an plus tard, en pleine cinquième vague. Alors qu’en France, le pass vaccinal vient tout juste d’entrer en vigueur, Israël se voit confronté à la question de sa prolongation après janvier. Et ce pass, conditionnant l’accès à certaines activités sous réserve d’une vaccination, d’un rétablissement ou d’un test rapide négatif de moins de 24h, ne fait plus l’unanimité dans le pays. Va-t-il perdurer ? 

Sur les réseaux sociaux, on peut voir en ce début de semaine une information reprise telle quelle : les spécialistes israéliens considèreraient désormais le pass comme "obsolète voire dangereux" et voudraient tout simplement en finir. Comme dans cette publication, postée sur Twitter. Ici, elle renvoie à de nouvelles recommandations émises par le comité consultatif, l’équivalent du conseil scientifique en France, chargé d’aiguiller le gouvernement sur les choix à adopter pendant la crise sanitaire.

Avec une reprise épidémique inédite due à Omicron, le dernier avis du comité consultatif était particulièrement attendu. Son président le Pr Ran Balicer en a divulgué le contenu dimanche 23 janvier, sur son compte Twitter : "Il est recommandé de ne pas renouveler la réglementation du passeport vert. Le rappel protège bien d'une maladie grave, mais avec Omicron, il ne protège pas suffisamment contre l'infection et les rassemblements du pass vert ne sont pas sûrs. Le pass vert doit être conservé associé à un test antigénique négatif dans les établissements".

Or, comme le relève The Times of Israel, la position des spécialistes n’est pas des plus limpides et n'a pas forcément été bien comprise par la population. À quelques jours de son délai d’expiration, le comité recommande-t-il de l’abandonner ou bien de le renforcer en le superposant à un dépistage négatif ? Sollicité, le Pr Ran Balicer n’est pas revenu vers nous pour le moment.

Toujours est-il que de plus en plus de voix s’élèvent en ce sens. Quelques jours plus tôt, le ministre des Finances s’est exprimé sur le passeport vert en opposant enjeux de santé publique et économiques. "Il n'y a aucune logique médicale ou épidémiologique dans le pass sanitaire et de nombreux experts s'accordent à le dire. (…) Il y a cependant un préjudice direct à l'économie, aux opérations quotidiennes et une contribution non négligeable à la panique quotidienne au sein du public", a considéré Avigdor Lieberman, cité par i24news, en demandant sa suppression.

Et la presse israélienne suit le mouvement avec des éditoriaux demandant à ce que l'on remette en cause l'existence même du pass. Par exemple, d’après le Jerusalem Post, "le Green Pass a été efficace à la fois pour réduire le nombre de porteurs potentiels se rassemblant dans les lieux publics et pour encourager les gens à se faire vacciner. Omicron l'a cependant rendu moins efficace, d'autant plus que le taux de vaccination est de toute façon relativement élevé".

Un pass plus assez protecteur ?

Du comité consultatif aux médias, l’argument est le même : avec la flambée épidémique due au variant Omicron, le pass rend les lieux publics moins sûrs en installant une fausse impression de sécurité. Or, dans le pays, les contaminations battent des records avec une moyenne de 90.000 nouveaux cas quotidiens. Avec seulement 5000 personnes positives chaque jour début janvier, la courbe des nouveaux cas est impressionnante, comme on peut le voir sur la plateforme Our world in Data. Dans le même temps, le pays enregistre le plus grand nombre de patients hospitalisés depuis janvier 2021 avec plus de 2300 malades du Covid à l’hôpital. 

Pour toutes ces raisons, le gouvernement souhaite dans un premier temps miser sur une nouvelle dose de vaccin pour toute la population adulte, suivant ainsi le comité consultatif. Un communiqué en ce sens a été publié par le ministère de la Santé ce mardi 25 janvier. S’agissant du passeport vert, rien n’a encore été décidé. Sur le site du ministère de la Santé, les règles de validité du pass sont toujours en vigueur. Mais avec une date d’expiration approchant à grands pas, l’exécutif israélien sait que l’heure est au choix. Selon The Time of Israel, le ministre de la Santé doit débattre du sort réservé au pass vert dans les prochains jours.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline Quevrain

Tout
TF1 Info