L'info passée au crible
Verif'

Crise de l'énergie : un "confinement énergétique" est-il envisagé en Belgique ?

Felicia Sideris
Publié le 7 octobre 2022 à 17h18
JT Perso

Source : JT 20h WE

Des internautes affirment que la Belgique "pense à un confinement énergétique".
La rumeur est issue d'un article de la presse belge.
Il s'agit de solutions envisagées par les entreprises et non pas d'une initiative gouvernementale.

Va-t-on encore passer un hiver sans séances de cinémas, pièces de théâtre et restaurants ? C'est la crainte de certaines figures de la complosphère. Depuis plusieurs jours, elles affirment que nos voisins belges envisagent de confiner la population pour faire des économies d'énergie. "La Belgique pense à un confinement énergétique et veut fermer ses salles de spectacle", a ainsi alerté l'avocat préféré des anti-vaccin, Fabrice Di Vizio, ce mardi 4 octobre, ironisant sur le "pass vaccinal" qui permettra de se "réchauffer". "Confinement énergétique des cinémas, concerts, piscines, théâtres, qui devient inévitable en Belgique", a également prévenu Florian Philippot. Cette stratégie drastique est-elle réellement sur la table à Bruxelles ? 

Pas une piste gouvernementale

Tous les internautes qui relatent cette rumeur s'appuient sur un seul et même article de la presse belge. Publié par la DH, l'un des principaux quotidiens généralistes en Belgique francophone, il est titré ainsi : "Vers un confinement énergétique des cinémas, concerts, piscines, théâtres, etc ?" Si la tournure est volontairement provocante, elle est tout de même écrite sous la forme interrogative. Et à raison. Car il ne s'agit absolument pas d'un article sur d'éventuelles restrictions gouvernementales

Cet internaute, adepte des fausses informations, affirme à tort que Bruxelles "pense à un confinement énergétique" - Twitter

Ce que nous apprend ce média, c'est que pour faire face à la "flambée des prix de l'énergie" – et non pas parce qu'ils auraient fait le choix de réduire leur consommation – "plusieurs entreprises, administrations et secteurs ont décidé de rationner éclairage et chauffage". Car contrairement à la France, les entreprises ne sont pas concernées par le bouclier tarifaire sur les prix de l'énergie. Elles se retrouvent donc face à un choix insoutenable : encaisser de plein fouet la hausse des prix ou trouver d'autres solutions. Quitte à mettre la clé sous la porte. Piste qu'a, par exemple, dû privilégier une boulangerie belge qui a défrayé la chronique après avoir vu sa facture mensuelle passer de 1860 euros à 11.836 euros. 

Pour éviter d'en arriver là, les médias belges expliquent donc comment d'autres secteurs s'adaptent. Et notamment les salles de spectacle, particulièrement énergivores. "Certains théâtres parlent de fermer leurs portes en novembre, décembre ou janvier s’il faisait trop froid", apprend-on ainsi sur le site de la RTBF. La Fédération des cinémas de Belgique affirme également que certaines salles vont supprimer les séances jugées "les moins rentables", quand la DH rapporte le cas de ces cinémas qui vont proposer des plaids à leurs clients. 

Lire aussi

En résumé, la situation est bel et bien critique en Belgique. Mais à aucun moment le gouvernement ne propose de confiner une partie de sa population pour baisser la consommation. Il s'agit au contraire de solutions envisagées par les entreprises elles-mêmes pour éviter la banqueroute.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info