Crise migratoire à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne

Crise des migrants : Macron et Merkel ont échangé avec Poutine et Loukachenko

J.V
Publié le 16 novembre 2021 à 7h08
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

ÉCHANGES - Alors que des milliers de migrants se trouvent actuellement à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont échangé sur le sujet avec les présidents biélorusse et russe, lundi.

La crise des migrants en Biélorussie était au cœur d'entretiens bilatéraux ce lundi 15 novembre. Un appel téléphonique, d'une durée d'1h45, a notamment eu lieu entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine. Tous deux ont partagé une volonté commune de mettre fin à la situation actuelle à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. "Même s'il n'y avait pas de convergence d'analyse sur l'origine de la crise actuelle, le président russe a dit à Emmanuel Macron qu'il comprend la nécessité d'y mettre fin, en premier lieu par respect humain pour des migrants ainsi instrumentalisés", a indiqué la présidence française.

"Notre espoir est que ce long entretien pourra dans les jours qui viennent apporter des résultats" sur l'afflux des migrants venus de Biélorussie à la frontière polonaise, a commenté l'Élysée, indiquant que Vladimir Poutine avait dit qu'il allait "en parler" à son homologue biélorusse, Alexandre Loukachenko. Les deux présidents se sont également accordés sur "la nécessité d'une désescalade sur le conflit gazier", à la suite des menaces faites par Minsk de bloquer le transit de gaz alimentant l'Europe.

Alexandre Loukachenko a échangé avec Angela Merkel

Cet échange téléphonique, qui est le premier entre Alexandre Loukachenko et un dirigeant européen depuis la répression d'un mouvement de contestation en Biélorussie, intervient alors que l'Union européenne a annoncé, lundi, qu'elle allait adopter de nouvelles sanctions contre le régime d'Alexandre Loukachenko "dans les prochains jours"

Minsk est notamment accusé d'avoir organisé le rassemblement de migrants à la frontière avec la Pologne, pour se venger de précédentes sanctions occidentales liées à la répression de manifestations, l'an dernier.


J.V

Tout
TF1 Info