Affaire des sous-marins : une crise inédite entre la France, l'Australie et les États-Unis

Crise des sous-marins : Blinken à Paris la semaine prochaine pour rencontrer des dirigeants français

La rédaction de LCI (avec AFP)
Publié le 1 octobre 2021 à 17h21, mis à jour le 1 octobre 2021 à 17h41
Crise des sous-marins : Blinken à Paris la semaine prochaine pour rencontrer des dirigeants français

Source : SAUL LOEB / AFP

APAISEMENT - Le chef de la diplomatie américaine doit se rendre en France à compter du lundi 4 octobre. Cette visite pourrait permettre de tourner la page de la crise diplomatique qui a opposé les deux alliés ces dernières semaines.

Alors que les relations ne sont toujours pas au beau fixe entre les États-Unis et la France, une porte de sortie pourrait se profiler dans la crise diplomatique provoquée par la rupture du "contrat du siècle". Le 16 septembre dernier, l'Australie annulait un important contrat de sous-marins français, au profit de modèles américains. Plus de deux semaines après, le secrétaire d'État américain Antony Blinken se rendra à Paris du lundi 5 au mercredi 7 octobre de la semaine prochaine pour rencontrer des dirigeants français, a annoncé le département d'État vendredi.

Une visite à l’occasion d’une réunion de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), à laquelle Antony Blinken prendra part. Le chef de la diplomatie américaine "rencontrera également ses homologues français afin de poursuivre les discussions sur le renforcement de la relation vitale entre les États-Unis et la France sur une série de questions", a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price.

Parmi les sujets abordés, la "sécurité dans la région indo-pacifique" mais aussi "la crise climatique, la reprise économique après la pandémie de Covid-19, la relation transatlantique et la collaboration avec nos alliés et partenaires", a ajouté le porte-parole. Le mois dernier, la rupture par l'Australie d'un contrat portant sur l'achat de douze sous-marins français d'une valeur de 56 milliards d'euros, pour acheter des navires à propulsion nucléaire de conception américaine, avait suscité une colère noire de la France.

"La France est un partenaire vital"

"C’est vraiment, en bon français, un coup dans le dos", s’était irrité sur France Info le 16 septembre le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Quant à la ministre des Armées, Florence Parly, elle déplorait sur RFI le même jour "une très mauvaise nouvelle pour le respect de la parole donnée", pointant une "grave" décision. En réponse, Antony Blinken avait tenté de rassurer Paris en déclarant devant la presse américaine le 16 septembre dernier que "la France est un partenaire vital" dans la région indo-pacifique. "Il n’y a pas de division régionale entre les intérêts de nos partenaires atlantiques et pacifiques", avait-il assuré.

Lire aussi

Paris a même brièvement rappelé son ambassadeur à Washington pour consultation. La crise diplomatique a semblé s'apaiser après une discussion téléphonique entre Joe Biden et Emmanuel Macron la semaine dernière, lors de laquelle le président américain avait reconnu que les États-Unis auraient pu mieux communiquer avec leur allié de longue date. Le diplomate est rentré mercredi 29 septembre à Washington, a indiqué l'ambassade.

Les relations entre Paris et Canberra sont eux encore loin de l'apaisement, puisque qu'aucun contact n'a été pour l'heure établi entre les  deux gouvernements. Par ailleurs, un cycle de négociations prévu de longue date et portant sur un accord de libre-échange entre l'Union européenne et l'Australie a été reporté d'un mois, a indiqué un responsable européen à l'AFP, un délai directement lié à la crise diplomatique qui oppose le pays à la France.

De Paris, Antony Blinken décollera ensuite pour le Mexique, son premier voyage dans ce pays voisin des États-Unis en tant que chef de la diplomatie américaine. 


La rédaction de LCI (avec AFP)

Tout
TF1 Info