Affaire des sous-marins : une crise inédite entre la France, l'Australie et les États-Unis

Crise des sous-marins : Macron et Biden jouent l'apaisement, l'opposition ironise

La rédaction de LCI
Publié le 23 septembre 2021 à 7h27
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

DIPLOMATIE - L'annonce du lancement d'un processus de "consultations approfondies" entre les deux pays, visant à "un retour à la normale", entraîne la colère d'une partie de l'opposition face au ton jugé trop conciliant de la France vis-à-vis du partenaire américain.

La pilule n'est toujours pas passée, mais les échanges diplomatiques reprennent. Joe Biden et Emmanuel Macron ont annoncé, mercredi, des "engagements" à rétablir une confiance durement éprouvée depuis une semaine entre les États-Unis et la France. Le président américain a dit espérer un "retour à la normale" après cet échange, alors que la France vient de perdre au profit des Américains et des Britanniques un contrat de plus de 50 milliards d'euros pour la fourniture de douze sous-marins à l'Australie. 

Dans ce contexte officiel d'apaisement, l'ambassadeur français aux États-Unis Philippe Etienne va retourner à Washington la semaine prochaine. Une décision et une rhétorique commune aux deux pays qui ne calment pas les oppositions, entre colère et ironie.

"Macron remet sa laisse à la France humiliée"

Jean-Luc Mélenchon a dénoncé mercredi sur Twitter une capitulation "sans condition" du président de la République face à Joe Biden. 

Marine le Pen a elle ironisé sur la défense de la fierté de la France par Emmanuel Macron, après sa conversation téléphonique avec Joe Biden sur la crise des sous-marins. "Dans le domaine de la préservation de notre indépendance et de notre fierté, avec Emmanuel Macron, le pire est toujours sûr !" a-t-elle tweeté.

Demande d'une commission d'enquête

Parmi les autres réactions, le sénateur socialiste Rachid Temal a lui plaidé pour la création d'une "commission d'enquête" parlementaire sur l'affaire des contrats australiens annulés. Il s'étonne : "Si je comprends bien, un simple coup de fil de Biden à Macron lui annonçant en avant-première l’éviction de la France du contrat du siècle aurait suffit ?! Ce n’est pas sérieux", a-t-il réagi sur Twitter. 

Lire aussi

Autre réaction, la sénatrice centriste Nathalie Goulet qui réclame aussi depuis lundi la création d'une commission d'enquête sur cette perte de contrat qui restera dans les annales, de même que la conclusion d'un pacte secret entre l'Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni sans prévenir leur allié français.

Alors que l'élection présidentielle 2022 approche, la gestion par l'exécutif de cette crise majeure diplomatique n'a pas fini de déchaîner les critiques.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info