Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Crise en Ukraine : des civils quittent le Donbass pour la Russie

Publié le 19 février 2022 à 18h07
JT Perso

Source : JT 20h WE

Des civils, en provenance des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, commencent à affluer en Russie.
Les autorités séparatistes ont donné l'ordre d'évacuation ce vendredi, motivé selon elles par la menace d'une invasion ukrainienne.

"On a entendu des 'boums', des explosions...", témoigne Elena Sokela en franchissant la frontière russe en provenance du Donbass. Cette travailleuse sociale de 40 ans arrive de Donetsk, avec son fils de 16 ans. "On a décidé d'aller chez la grand-mère [en Russie] où c'est calme, on a eu notre dose en 2014", témoigne-t-elle auprès d'un journaliste de l'AFP au poste-frontière d'Avilo-Uspenka, "on ne veut pas attendre jusqu'au dernier moment, il vaut mieux partir à l'avance". Depuis 8 ans, cette région orientale de l'Ukraine est en guerre, et morcelée par l'auto-proclamation de deux républiques séparatistes prorusses, celle de Donetsk et celle de Louhansk. Au début du conflit en 2014, d'intenses bombardements avaient en effet poussé à l'exode massif des civils.

Ce vendredi, après deux jours d'intensification des actes de guerre dans le Donbass, les présidents de chacune des deux "républiques" ont appelé solennellement les femmes, les enfants et les personnes âgées à évacuer vers la Russie voisine, dans la région de Rostov. Les deux vidéos diffusées se ressemblent étrangement, et semblent avoir été enregistrées avant même les violences, comme l'ont établi les Vérificateurs de TF1 Info

Il y a des bouchons sur 5 kilomètres

Alexandre Romanov, retraité de 68 ans

Au lendemain, de l'ordre d'évacuation, celui-ci ne semble pas avoir généré un exode de grande ampleur, même si les files de voitures civiles suffisent à engorger les poste-frontières. Alexandre Romanov, un retraité de 68 ans, qui vient de passer avec son épouse en voiture, témoigne : "Il y a des bouchons sur cinq kilomètres" avant la frontière. Environ 20.000 personnes au total auraient gagné la Russie, selon les autorités des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, qui comptent à elles deux un peu moins de 4 millions d'habitants- dont 600.000 disposent d'un passeport russe.

Lire aussi

Les services d'urgence russes locaux, qui ont décrété l'état d'urgence dans la région, ont ouvert près du point de passage d'Avilo-Uspenka un camp avec une quinzaine de grandes tentes pour accueillir les évacués, qui demeurent vides pour l'instant. Une infirmière de 57 ans, qui vient de franchir à pied la frontière pour "régler des affaires" en Russie, prévoit de 

revenir chez elle dans la journée. "Je suis soignante", explique-t-elle, "je ne peux pas abandonner les enfants, je ne l'ai pas fait 

en 2014 et je ne le ferai pas maintenant". Les gardes-frontières russes ont toutefois affirmé qu'ils ne laisseraient passer personne en sens inverse. 


La rédaction de TF1info (avec AFP)

Tout
TF1 Info