Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Crise en Ukraine : pour l'OTAN, tout indique que la Russie "prévoit une attaque complète"

E.Ro. avec AFP
Publié le 19 février 2022 à 23h10
JT Perso

Source : TF1 Info

L'Otan a transféré ce samedi son personnel basé à Kiev vers Lviv et Bruxelles.
Selon le chef de l'Alliance, de nombreux "signes" montrent que la Russie "prévoit une attaque complète" de l'Ukraine.
De son côté, le Kremlin nie toute intention d'attaquer le pays.

"Tous les signes indiquent que la Russie prévoit une attaque complète" de l'Ukraine, a prévenu samedi le chef de l'Otan Jens Stoltenberg. Ainsi, tous les pays de l'Alliance sont "d'accord pour dire que le risque d'une attaque est très élevé", a-t-il ajouté lors d'une interview diffusée sur la chaîne allemande ARD.

En raison du risque d'attaque, un responsable de l'Otan a donc annoncé ce samedi soir à l'AFP le transfert du personnel de l'Alliance présent à Kiev en Ukraine, vers Lviv, une ville à l'ouest du pays, et Bruxelles, qui accueille le siège de l'Otan.

"La sécurité de notre personnel est primordiale, le personnel a donc été transféré à Lviv et à Bruxelles. Les bureaux de l'Otan en Ukraine restent opérationnels", a-t-il déclaré sans préciser le nombre d'employés qui sont présents en Ukraine. "L'Otan et les pays alliés suivent et évaluent la situation de très près, et continuent de prendre toutes les mesures nécessaires", a-t-il ajouté.  Plusieurs pays ont aussi décidé ces derniers jours de déplacer leurs ambassades à Lviv pour des raisons de sécurité, comme les États-Unis, le Canada ou encore le Royaume-Uni. 

Joe Biden "convaincu" d'une attaque prochaine

Outre l'Otan, c'est le président américain Joe Biden et son chef de la diplomatie Antony Blinken qui se sont tous les deux dits "convaincus" que Vladimir Poutine a décidé d'envahir l'Ukraine dans les prochains jours. 

L'Allemagne s'est quant à elle montrée plus prudente. Si "la menace est réelle" contre l'Ukraine, "nous ne savons pas si une attaque est déjà décidée", a commenté samedi la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock à l'issue d'une réunion du forum G7. "Dans les situations de crise, le pire est de présumer ou d'essayer de deviner" ce qui va se passer, a-t-elle ajouté. 

Lire aussi

De son côté, le Kremlin continue de nier toute intention d'attaquer l'Ukraine voisine.


E.Ro. avec AFP

Tout
TF1 Info