Brouille entre l'Italie et la France sur l'immigration : la mise en garde de Meloni après les critiques de Darmanin

par A.B. avec AFP
Publié le 9 mai 2023 à 15h42

Source : TF1 Info

La Première ministre italienne a mis en garde la France contre toute "utilisation" de l'Italie dans des problèmes de politique intérieure.
Une nouvelle sortie qui fait suite aux critiques du ministre de l'Intérieur français contre Giorgia Meloni.
Gérald Darmanin avait estimé qu'elle était incapable de résoudre les problèmes migratoires de son pays.

Utiliser "d'autres pays pour régler des problèmes de politique intérieure", c'est quelque chose qu'on "ne fait pas". Mardi 9 mai, la Première ministre italienne, Giorgia Meloni a lancé un nouvel avertissement à la France après les critiques de Gérald Darmanin. Le ministre français de l'Intérieur a estimé, la semaine dernière, qu'elle était incapable de résoudre les problèmes migratoires de son pays. "Je mettrais en garde contre l'utilisation d'autres pays pour régler des problèmes de politique intérieure, car c'est quelque chose qu'on ne fait habituellement pas", a déclaré à la presse la dirigeante d'extrême droite.

Précisant qu'elle s'était entretenue avec le président français Emmanuel Macron la veille des déclarations de Gérald Darmanin, Giorgia Meloni a estimé qu'il y avait clairement une différence entre le discours que la France tenait "en privé et en public". "Cela me fait penser qu'il s'agit d'une affaire de politique intérieure française", a-t-elle commenté. Invitée sur LCI le 5 mai dernier, la ministre de la Transition énergétique française, Agnès Pannier-Runacher avait d'ailleurs repris les propos de Gérald Darmanin pour viser directement le Rassemblement national.

L'immigration, sujet ultra-sensible

Depuis plusieurs jours, la tension ne retombe pas entre les deux voisins transalpins. Vendredi, le chef de la diplomatique italienne, Antonio Tajani, a exigé des excuses du ministre de l'Intérieur. Une nouvelle crise entre Rome et Paris qui l'avait même poussé à annuler, jeudi soir, sa première visite à Paris, où il devait rencontrer son homologue Catherine Colonna. Cette dernière avait alors tenté de calmer le jeu en tweetant en italien que la "relation entre l'Italie et la France est basée sur le respect mutuel". Le même jour, la Première ministre Elisabeth Borne avait plaidé pour un retour à un "dialogue apaisé" entre les deux alliés européens, qualifiant l'Italie de "partenaire essentiel" de la France.

L'immigration est depuis des années un sujet ultra-sensible dans les relations franco-italiennes. En novembre dernier, déjà, la tension était montée entre les deux pays lors que le gouvernement de Giorgia Meloni, à peine arrivé au pouvoir, avait refusé de laisser accoster un navire humanitaire de l'ONG SOS Méditerranée. Un bateau finalement accueilli par la France à Toulon (Var) avec plus de 200 migrants à bord. Un épisode qui avait, cette fois, déclenché la colère de Paris qui avait convoqué une réunion européenne pour que ce scénario inédit ne se reproduise pas. 


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info