Crise migratoire à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne

Crise migratoire à la frontière Pologne-Biélorussie : Vladimir Poutine nie toute implication russe

La rédaction de LCI
Publié le 13 novembre 2021 à 10h17
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

DIPLOMATIE - Accusé d'orchestrer l'arrivée massive de migrants à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, le président russe Vladimir Poutine a nié toute implication de la Russie dans la crise migratoire. Les tensions sont toujours vives à la frontière.

"Nous n'avons rien à voir là-dedans." En première ligne dans la crise migratoire avec la Biélorussie, qui voit des milliers de migrants se massent à ses frontières depuis des jours, la Pologne a accusé le président russe Vladimir Poutine d'être le "commanditaire" de cette vague de migrants. Dans une interview à la chaîne Vesti diffusée, samedi 13 novembre, le locataire du Kremlin a nié toute responsabilité de la Russie. "Je veux que tout le monde le sache", a-t-il martelé, en réponses aux Occidentaux qui l'ont suspecté cette semaine d'avoir orchestré avec Minsk "l'instrumentalisation" de ces migrants.

Cette crise migratoire suscite une inquiétude grandissante chez les Occidentaux. Le président biélorusse Alexandre Loukachenko, qui peut toujours compter sur le soutien de son principal allié, Vladimir Poutine, est accusé de diligenter l'arrivée continue de migrants à la frontière polonaise, membre de l'Union européenne, en guise de riposte à des sanctions occidentales. "Nous avons fait part de notre préoccupation à la Russie (...) et à la Biélorussie", a déclaré le président américain Joe Biden, vendredi 12 novembre, avant de partir passer le week-end à Camp David, tandis que la chancelière allemande Angela Merkel a demandé à Vladimir Poutine "d'agir" auprès du régime biélorusse pour stopper cet afflux.

Une requête aussi formulée par la France. Les ministres français des Affaires étrangères et des Armées, Jean-Yves Le Drian et Florence Parly, ont lors d'un entretien à Paris avec leurs homologues Sergueï Lavrov et Sergueï Choïgou "encouragé la Russie à mobiliser ses liens étroits avec la Biélorussie pour obtenir qu'il y soit mis fin", selon un communiqué de la diplomatie française. Les deux ministres ont "condamné le comportement irresponsable et inacceptable des autorités biélorusses", a-t-elle ajouté.

Des tensions toujours vives à la frontière polonaise

Dans son entretien télévisé, Vladimir Poutine a, lui, affirmé que les dirigeants européens devaient s'adresser directement au président biélorusse pour résoudre cette crise. "D'après ce que j'ai compris, Alexandre Loukachenko et (la chancelière allemande Angela) Merkel sont prêts à se parler", a indiqué le locataire Poutine. "J'espère que cela arrivera dans un futur proche."

Lire aussi

Les gardes-frontières polonais ont assuré, samedi 13 novembre au matin, avoir empêché l'armée biélorusse d'aider des migrants à passer la frontière en détruisant des clôtures et en les aveuglant avec des lumières stroboscopiques afin de les empêcher d'intervenir. 

Les autorités polonaises ont enregistrées vendredi 219 tentatives de franchissement de leurs frontières. Des obligations de quitter le territoire ont été délivrées à 78 personnes. 


La rédaction de LCI

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info