Liban : Emmanuel Macron appelle à "dégager" les responsables politiques qui bloquent les réformes

Publié le 23 décembre 2022 à 11h54

Source : JT 20h WE

Emmanuel Macron a estimé, vendredi 23 décembre, qu'il était nécessaire de "changer le leadership" du Liban.
Dans une interview à trois médias, il a appelé à "dégager" les responsables politiques qui bloquent les réformes.
Le pays subit une violente crise économique et politique depuis des mois.

Le Liban vit une crise politique et économique grave. Alors pour essayer de la résoudre, Emmanuel Macron a une solution. "Le problème du Liban, c'est régler les problèmes des gens et dégager ceux qui ne savent pas le faire", a affirmé le chef de l'État, vendredi 23 décembre, dans une interview à trois médias dont le quotidien libanais An-Nahar. Depuis septembre 2020, il tente en vain d'amener la classe politique à engager les réformes nécessaires pour sortir le pays de la crise.

"Il faut changer le leadership de ce pays", a-t-il estimé. Si cette première étape est franchie, le président français pense qu'il faudra "ensuite, restructurer le système financier, puis faire un plan avec un président honnête, un Premier ministre honnête et une équipe qui va dérouler ce plan et qui aura le soutien de la rue". 

Ce qui m'intéresse, ce sont les Libanaises et les Libanais. Pas ceux qui vivent sur leur dos."
Emmanuel Macron

Le Liban est sans président depuis l'expiration du mandat de Michel Aoun le 31 octobre. Les députés, profondément divisés entre le camp du Hezbollah pro-iranien et celui qui lui est hostile, se sont déjà réunis à dix reprises sans pouvoir élire un nouveau chef de l'État. Le pays, en plein effondrement économique, est dirigé par le gouvernement démissionnaire de Najib Mikati, chargé d'expédier les affaires courantes et dont les prérogatives sont réduites.

En réponse à une question sur le commandant en chef de l'armée Joseph Aoun, considéré comme l'un des principaux candidats non déclarés à la présidentielle, Emmanuel Macron a répondu qu'il ne voulait "pas rentrer dans une question de personne : les noms, s'il n'y a pas un plan et une stratégie derrière, ça ne marche pas". "Ce qui m'intéresse, ce sont les Libanaises et les Libanais. Pas ceux qui vivent sur leur dos", a ajouté le président français qui a déploré l'émigration massive des jeunes.

Le chef de l'État a dit vouloir "essayer d'aider à l'émergence d'une solution politique alternative" tout en étant "intraitable avec les forces politiques". Il a estimé qu'il ne fallait "rien céder à ceux qui se sont enrichis ces dernières années et qui voudraient rester et qui font du chantage".


La rédaction de TF1info avec AFP

Tout
TF1 Info