Le passage du cyclone Gabrielle a tué quatre personnes mardi 14 février en Nouvelle-Zélande.
Ces pluies diluviennes ont provoqué des inondations et des glissements de terrain.

Le passage du cyclone Gabrielle en Nouvelle-Zélande a fait quatre morts et déplacé 10.500 personnes, selon un dernier bilan des autorités. Parmi les victimes, le corps d'un enfant, vraisemblablement "pris par la montée des eaux", a été retrouvé dans le village rural d'Eksdale, sur la côte est du pays. 

Alors que le pays a été placé en état d'urgence, l'armée a déployé trois hélicoptères NH90 dans la région de Hawke's Bay, durement touchée. Ils y ont sauvé des travailleurs, des familles ou des animaux domestiques perchés sur des toits détrempés pour échapper à la montée des eaux. Environ 300 personnes ayant trouvé refuge sur des toits d'habitations ont été évacuées mardi 14 février par l'armée néo-zélandaise. De son côté, le ministre de la Gestion des urgences a salué le travail "phénoménal" des secouristes. Un groupe de 60 personnes a notamment été secouru d'un grand immeuble inondé. 

140.000 personnes se trouvent encore privées d'électricité, même si le courant est progressivement rétabli. Les autorités commencent à mesurer l'ampleur des dégâts dans les villes isolées où les eaux de crue ont emporté les routes et coupé les communications, tout en prévenant que tout danger n'était pas encore écarté. Des vents violents et des pluies diluviennes ont affecté dans la nuit de lundi à mardi l'Ile du Nord, où vivent plus des trois quarts des cinq millions d'habitants du pays, provoquant inondations et glissements de terrain.


C.Q avec AFP

Tout
TF1 Info